Labels

SUPPORT JULIAN ASSANGE

Wednesday, October 21, 2015

Français --Jim W. Dean: Israël et l’AIPAC* grands perdants de l’accord avec l’Iran – tous les autres en sortent gagnants

Veterans Today, le 16 octobre 2015



Par Jim W. Dean, rédacteur en chef, avec New Eastern Outlook à Moscou

*American Israel Public Affairs Committee

AIPAC-Conf-620x350

Avec l’accord iranien, l’AIPAC « a marchandé la peau de l’ours…. », et cela s’est retourné contre eux dans des proportions historiques.

« Je considère une guerre même victorieuse comme un mal, que les hommes d’état doivent s’employer à éviter aux nations » - Otto von Bismarck

Bibi (Netanyahou) et l’AIPAC (le lobby pro-israélien aux Etats-Unis) ont sombré ensemble.

(Mise à jour : les balles ont cessé d’être tirées sur l’approbation de l’accord nucléaire avec l’Iran par le Congrès, et les victimes ont été dénombrées. L’AIPAC repose au sommet de la pile des Républicains moralement décédés qui n’ont pas servi ce pays depuis pas mal de temps. Beaucoup de ses dirigeants sont parmi les ennemis les plus dangereux de l’Amérique, avec John McCain en tête.

Mais les anges nous ont souri et l’AIPAC a choisi de sombrer avec le navire sioniste, et la mer est redevenue beaucoup plus calme. Quand est-ce que vous les avez entendus pour la dernière fois vous envoyer une invitation pour un de leurs lynchages politiques ?
Bibi and AIPAC went down together
            Netanyahou à la tribune de l’AIPAC




Ils font profil bas, en attendant que leur plus grande défaite de l’histoire leur souffle à la figure, et essaient de revenir dans la course à la faveur des élections. Ils comptent sur le fait que nous allons oublier qu’eux et les Républicains ont pris le parti d’un pays étranger contre les Etats-Unis.

Personne n’a été surpris de voir que ceux des deux, essayaient de torpiller deux années de négociations délicates de plusieurs partenaires avec l’Iran. Le vent de l’histoire a déjà emporté la révélation la plus époustouflante de cette histoire : aucun pays occidental ni Israël n’ont jamais apporté la moindre preuve que l’Iran avait un programme secret d’arme nucléaire.

Au cours des négociations, en jouant le jeu, aucun « as dans la manche » révélant des renseignements secrets, à aucun moment. Les néoconservateurs ont menti au monde entier, encore et encore. Et quand ils ne pouvaient pas apporter de preuves, ils se taisaient en faisant comme si tout cela n’avait pas d’importance.

Cela a de l’importance, parce que ce type de comportement est une menace pour notre démocratie. Nos Pères Fondateurs nous ont prévenus de cela au début du parcours de notre pays, qu’il fallait des « citoyens informés » pour soutenir la République qu’ils nous ont léguée.

Rappelez-vous, chaque fois que vous voyez votre gouvernement vous mentir à tous les niveaux, comme l’ont fait récemment Obama et Ashton Carter dans leurs déclarations que la campagne de frappes antiterroristes des Russes en Syrie allait rendre l’EIIL plus fort. Seuls des gens dotés d’un mépris sidérant du public prétendraient une chose aussi absurde.

Nous nous y attendions de la part de quelqu’un comme Carter, qui est un partisan de l’appel des Néoconservateurs à la guerre mondiale contre tous ceux qui ne sont pas sous le contrôle des élites américaines. Mais qu’Obama dise une chose pareille a entamé sa stature d’homme d’état durement gagnée par le succès de son accord signé avec l’Iran à peine l’encre sèche, preuve d’un travail médiocre de son équipe ou d’un moment d’égarement de son esprit.

Sec. of Defense - Ashton Carter
            Le Secrétaire à la Défense Ashton Carter

J’ai écrit cet article peu après que le pieu en bois ait percé le cœur de l’AIPAC lors du vote sur l’accord avec l’Iran. J’ai soupçonné qu’ils allaient s’allonger comme ils l’ont fait, et que nous devrions avoir un plan pour en « finir avec eux » politiquement, ce qui est une réaction normale envers tous ceux qui sont en désaccord avec eux.

J’ai écrit cet article quelques jours après la défaite des Républicains et de l’AIPAC dans leur tentative de faire échouer l’accord avec l’Iran – mes efforts de plusieurs jours pour écrire une dédicace post-mortem et dire à quel point le vote était serré, quand le basculement s’est opéré. En plus d’essayer de relier les deux années consacrées à vous informer sur les négociations avec l’Iran, je voulais agiter le drapeau vert pour indiquer qu’il était temps de s’en prendre à l’AIPAC – et c’est toujours le cas.

Cela a été mis de coté chez NEO (New Eastern Outllook) pendant plus d’un mois pour être publié finalement cette semaine. Le monde évolue si rapidement que cet évènement a semblé être plus ancien qu’il ne l’était. Mais le sujet est toujours important sur la question de savoir ce qui s’est passé et pourquoi, et où aller à partir de maintenant. Les eaux tumultueuses sont d’autant plus dangereuses si on navigue sans boussole.

Le talon d’Achille de l’AIPAC est son immense implication d’espionnage des Etats-Unis au niveau politique (et technologique) au profit d’Israël. Mais ils sont protégés par le parapluie qui empêche leur poursuite ici – sous le prétexte que notre relation avec Israël est si importante que nous ne pouvons pas laisser leurs énormes opérations d’espionnage à notre détriment mettre en danger cette relation. Des choses pareilles ne s’inventent pas.

Nous devons forcer ceux qui soutiennent l’AIPAC et ceux qui acceptent leur argent à justifier cette réalité. Jusqu’ici personne ne l’a fait – ni leurs opposants aux élections, ni les médias, ni les institutions civiques ou religieuses. L’AIPAC a passé des décennies à mettre en place des pare-feux là où ils sentaient qu’ils étaient vulnérables.

Nous avons l’histoire de notre côté maintenant, y compris l’actualité qui révèle la pseudo-coalition américaine de la guerre contre le terrorisme, avec les Russes, les Syriens et les Iraniens qui rentrent dans l’EIIL comme dans du beurre.

La véritable menace contre notre sécurité nationale porte la marque indélébile du « fabriqué en Amérique » imprimée par tous ceux qui nous ont menti durant plusieurs générations. Il est temps de leur appliquer les mêmes méthodes pour changer et leur en faire ressentir le fruit de l’amertume … Jim W. Dean).

Iranian President Rouhani
            Le Président iranien Rouhani

Les Etats-Unis ont poussé un grand soupir de soulagement lorsqu’on a appris qu’Obama avait obtenu sa 34ème voix au Sénat en faveur de l’accord avec l’Iran, mettant ainsi fin à une épreuve de force de 60 jours.

Personne n’avait prédit une conclusion aussi rapide. Comme dans un jeu de poker, beaucoup cachent leur jeu jusqu'au bout lorsque les enjeux sont importants pour les voix cruciales.

Le premier indice d’une issue favorable est venu lorsque la direction Démocrate a pris le taureau par les cornes pour fournir les voix dont leur président avait besoin. Ils ne l’ont pas annoncé au début du processus pour éviter qu’il y ait davantage de pressions de la part du lobby de l’AIPAC qu’ils n’en avaient déjà. L’influence politique de l’AIPAC était également en jeu sur ce coup-là.

La fidélité au parti et le bon sens ont prévalu, car agir autrement aurait fait apparaître les Démocrates comme des fous aux yeux du monde entier en abandonnant leur Président dans la tourmente après que son administration se soit impliquée à ce point sur cette question. Les vacances d’août du Congrès ont été une réussite avec la coordination de Nancy Pelosi qui a permis d’enregistrer les soutiens des listes de la Chambre des Représentants du Congrès et Harry Reid faisant de même au Sénat pour donner à Obama un vote à l’abri du veto.

L’AIPAC a essayé d’enclencher très tôt la dynamique avec les déclarations des Sénateurs Chuck Schumer et Robert Menendez qu’ils allaient voter non. Le vote de Schumer était sans surprise et Robert Menendez est un « mort-vivant » politiquement parce qu’il fait l’objet d’une mise en examen pour des pots-de-vin et de poursuites pour abus sexuels sur une mineure.

Nos sources nous ont appris qu’il s’agissait d’un piège féminin israélien classique pour prendre le contrôle de Menendez, et qui a réussi. Ce n’est de loin pas le seul membre du Congrès qui fait l’objet d’un chantage, mais nous y reviendrons un autre jour.

L’AIPAC a publié ses lettres de soutien et les partisans de l’accord ont publié les leurs … rabbins, anciens membres du Congrès, diplomates, haut-gradés de l’armée et puis les dirigeants des groupes juifs. Mais j’ai repéré très tôt un vice dans leur petit jeu, car leurs arguments n’étaient pas vraiment les leurs … mais ceux de Bibi (Netanyahou).

Ils semblaient bien correspondre pour les Républicains qui recherchaient le soutien financier électoral de Sheldon Adelson, mais en ce qui concerne les Démocrates, ils allaient devoir choisir entre l’AIPAC / Israël, et Obama / leur pays. Tous ceux qui ne cessent de répéter que les deux partis sont pareils devraient se souvenir de ce fait.

Pour les Républicains, il n’y avait pas de questions à se poser, rien à prévoir. L’AIPAC allait prendre soin d’eux pour la question. Patrick Dorton de « Citoyens pour un Iran sans nucléaire » expliquait : « Pour les activistes pro-israéliens il s’agit d’un vote unique d’une génération ». Ce groupe à lui seul a dépensé 20 millions de $ en publicités dans les média pour faire avorter l’accord, argent qui a fini dans le caniveau, dieu merci.

Il y a eu des reportages selon lesquels l’opposition n’avait pas réellement essayé de convaincre les Démocrates de rompre avec le Président, mais plutôt de les effrayer. Etant donné que l’intimidation avait toujours fonctionné lorsque le bobby israélien l’avait utilisée contre les membres du Congrès, il était difficile de changer de tactique pour un vote aussi important.

Mais l’AIPAC a surestimé ses cartes dans ce cas là, et cela s’est retourné contre eux.

Occupy AIPAC
           
 Occupez l’AIPAC

Lorsque le Congrès est parti en vacances parlementaires, ils n’ont pas trouvé les électeurs qui partageaient l’hostilité de l’AIPAC envers cet accord malgré les résultats de tous les sondages truqués que l’AIPAC avait sorti du chapeau par magie.

Ce que les gens de l’AIPAC ont également oublié de faire c’est de proposer une meilleure offre alternative à cet accord, parce qu’ils ne voulaient pas d’un accord. Cela semble aller contre le bon sens, mais ce n’est pas le cas.

La mission de l’espionnage politique israélien et de l’AIPAC était de faire en sorte que les contribuables américains financent une attaque contre l’Iran pour détruire ses installations nucléaires parce que cela permettrait à Israël de se sentir douillettement à l’aise. Ils exigeaient un accord dont ils savaient que l’Iran ne l’accepterait jamais, sabotant ainsi les négociations pour retourner à la case départ et revenir au point où « toutes les options étaient sur la table ».

La plupart des membres Démocrates du Congrès ne sont pas stupides et savaient qu’ils devaient jouer le jeu s’ils voulaient conserver le soutien politique du lobby et éviter des opposants aux élections primaires, une des punitions classiques pour les membres du Congrès qui ne témoignent pas leur loyauté attendue à Israël.

Les Démocrates qui ont soutenu Obama ont déclaré que les pressions de l’opposition n’ont pas été efficaces parce qu’il s’agissait d’un débat et d’un vote trop complexe et trop important pour qu’il soit régi par des arguments de comités d’action politique et de l’intimidation outrancière. Les Démocrates ont décidé de se comporter en hommes d’état au cours de ce vote et je vous demande tous de les appeler pour les en remercier. C’est plus important que vous ne l’imaginiez, de leur montrer que vous l’avez remarqué et que vous y attachez de l’importance.

Ils savaient que les Républicains allaient faire campagne au cours des élections de 2016 pour revenir sur l’accord de toute façon, donc pourquoi les Démocrates les auraient-ils aidés à le faire avorter maintenant ? Une fois l’accord conclu et dans la poche, et le monde qui avance, ils pourraient repousser les Républicains dans leur coin en les accusant d’être à la solde d’Israël … et oui … d’être déloyaux. Pour moi, ce n’est pas une nuance de gris, pas le moins du monde.

J’ai attendu quelques jours pour écrire cet article parce que je savais que tous les premiers reportages sur les raisons pour lesquelles les Sénateurs Démocrates ont soutenu l’accord, seraient influencés par la volonté de ne pas s’aliéner totalement le soutien des électeurs juifs. Ensuite ont émergé des indices que l’incertitude à propos du vote avait été mise en scène … et qu’Obama avait su très tôt qu’il avait suffisamment de voix pour faire face à un veto mais qu’il avait été assez habile pour comprendre qu’il devait rendre la question publique pour se mettre le pays de son côté.

Cette victoire a commencé par une réunion cruciale avant les vacances parlementaires avec de nombreux Sénateurs Démocrates et les représentants des ministères des affaires étrangères d’autres membres des pays du P5+1. Ils ont déclaré aux Sénateurs en termes non équivoques que l’accord durement négocié était le meilleur possible et que ni eux ni l’Iran n’allaient renégocier quoi que ce soit  … point final. Si les Démocrates ne soutenaient pas l’accord, les Etats-Unis seraient seuls dans tout ce qu’ils entreprendraient.

Les membres du Congrès ont réalisé que ce serait une position intenable pour les Etats-Unis. Cela aurait été sacrifier le leadership américain au profit des arguments de Bibi (Netanyahou) et de la campagne de peur de l’AIPAC prétendant que l’Iran voulait jeter les Israéliens à la mer. Les Démocrates savaient l’héritage historique qu’ils laisseraient s’ils faisaient cela. Les pressions de l’AIPAC se sont heurtées à cette dure réalité.

Le héros oublié de tout ce processus à qui revient l’essentiel du mérite est le Secrétaire américain à l’Energie Ernst Moniz, qui à l’inverse de tous les autres, avait les connaissances et l’habilité diplomatique pour expliquer que les arguments trompeurs de l’opposition n’étaient qu’une arnaque de plus. Il leur a assuré que les Etats-Unis avaient la technologie pour détecter la fabrication de matière fissile militaire.

Clinton Basin, notre propre expert nucléaire à Veterans Today nous avait expliqué exactement la même chose avant qu’il ne décède l’année dernière. Il avait été pendant 40 ans un retraité de l’ingénierie chimique au Département de l’Energie. C’est ainsi que nous savions que l’Iran ne disposait ni de la bombe, ni d’une usine secrète de retraitement de déchets. Mes études d’ingénierie chimique au cours de mon premier cycle à l’université m’ont aidé à comprendre les complexités de ces défis d’ingénierie.

Les accusations contre l’Iran avaient toutes été un gros canular pour créer les conditions permettant de mettre en œuvre des « sanctions » dans le cadre d’une guerre économique contre le peuple iranien pour provoquer un changement de régime politique.

Torpedo holes in the USS Liberty, 1967

Torpillage du USS Liberty par Israël en 1967

Quant aux prétentions selon lesquelles l’accord livrait un programme nucléaire militaire sur un plateau au bout de quinze ans, on a appris aux membres du Congrès que l’option d’une frappe militaire ne retarderait un programme d’armement que pendant trois ans.

De plus les inspections grandement améliorées par l’accord seraient toutes rejetées en cas de non-accord, ainsi que les avantages économiques croissants que l’Iran retirerait de sa croissance après les sanctions, dont elle ne bénéficiait pas à l’heure actuelle.

Au bout du compte, les gens de l’AIPAC n’ont plus rien eu à opposer à cette argumentation. En fait, cela leur a coupé l’herbe sous les pieds lorsqu’Efraïm Halevy, ex-chef du Mossad et Aymir Ayalon du Shin Bet ont déclaré qu’Israël se trouverait beaucoup plus en sécurité avec l’accord que sans lui.

Le monde entier va maintenant profiter de cet accord durement gagné, en grande partie grâce à la pire défaite subie par le lobby israélien dans l’histoire récente. Après toutes les humiliations que le lobby a infligées aux Américains, les morts du USS Liberty*, les programmes d’armes de destruction massive**, et oui … leurs énormes opérations d’espionnage qui se poursuivent sans jamais provoquer d’arrestations ce qui constitue un scandale national, il est temps que le vent tourne.
*L’incident de l’USS Liberty désigne une attaque des Israéliens le 8 juin 1967 dans les eaux internationales au large du Sinaï contre un navire de recherche de la marine américaine qui collectait des renseignements pour la NSA. Le bilan a été de 34 morts et 171 blessés.
**Sans compter la participation active des Israéliens au 11 septembre (tours jumelles et Pentagone) NdT.

Plutôt que de laisser aux agents subversifs de l’AIPAC le temps de panser leurs blessures, il serait plus que temps pour les Américains de retrouver leur fierté et d’éliminer définitivement la menace de ce lobby. Nous n’aurons jamais une occasion aussi belle que maintenant alors que notre pays a vu le lobby israélien faire tout son possible pour torpiller cet accord important pour la sécurité nationale ; non seulement pour nous mais également pour le Moyen-Orient et le peuple iranien.

L’AIPAC va faire profil bas pour essayer de prendre sa revanche avec le Parti Républicain en envoyant son candidat présidentiel à la Maison Blanche en 2016. Tous leurs candidats, y compris Trump, réduiraient à néant tout ce qui a été accompli grâce à cet accord avec l’Iran.

Trump sait qu’il aura le soutien du Lobby pour cette demande et nous savons tous ce qu’il exigera en retour : faire prévaloir d’abord, les intérêts d’Israël sur toutes les questions cruciales, et renvoyer les Américains au fond du bus avec le gros pourboire habituel pour les traîtres de chauffeurs au Congrès. Il est temps pour nous d’interrompre ce cycle pendant que nous avons le vent en poupe. Donc allons-y, résistons, résistons !


Jim W. Dean, rédacteur en chef de Veterans Today, producteur/animateur de Heritage TV
Atlanta, en particulier pour le magazine en ligne “New Eastern Outlook”.


Traduction : Patrick T rev Isabelle



Post a Comment

assange



At midday on Friday 5 February, 2016 Julian Assange, John Jones QC, Melinda Taylor, Jennifer Robinson and Baltasar Garzon will be speaking at a press conference at the Frontline Club on the decision made by the UN Working Group on Arbitrary Detention on the Assange case.

xmas





the way we live

MAN


THE ENTIRE 14:02' INTERVIEW IS AVAILABLE AT

RC



info@exopoliticsportugal.com

BJ 2 FEV


http://benjaminfulfordtranslations.blogspot.pt/


UPDATES ON THURSDAY MORNINGS

AT 08:00h UTC


By choosing to educate ourselves and to spread the word, we can and will build a brighter future.

bj


Report 26:01:2015

BRAZILIAN

CHINESE

CROATIAN

CZECK

ENGLISH

FRENCH

GREEK

GERMAN

ITALIAN

JAPANESE

PORTUGUESE

SPANISH

UPDATES ON THURSDAY MORNINGS

AT 08:00 H GMT


BENJAMIN FULFORD -- jan 19





UPDATES ON THURSDAY MORNINGS

AT 08:00 H GMT

PressTV News Videos