Labels

SUPPORT JULIAN ASSANGE

Tuesday, October 6, 2015

Français -- Gordon Duff : Les repaires del’Etat Islamique, havres de paix que personne ne veut que vous connaissiez




Par Gordon Duff, rédacteur en chef

Veterans Today, le 23 septembre 2015

Rappelez-vous, qu’une loi américaine (votée en urgence Ndt) stipule que toute personne impliquée dans le soutien au terrorisme est passible de la peine de mort sans forme de procès. (Patriot Act)


      Incirlik Air Base in Southern Turkey

La base aérienne d’Incirlik en Turquie méridionale.




… par Gordon Duff, rédacteur de VT … avec New Eastern Outlook, Moscou

(Note de l’éditeur : cet article a été écrit au cours d’un voyage en Syrie dont nous sommes revenus le week-end dernier. Bien que nous ne puissions pas révéler la teneur de la plupart de nos discussions autres que celles avec le Grand Mufti, les grands thèmes abordés concernaient la situation des réfugiés, la guerre et le soutien apporté à l’Etat Islamique par beaucoup d’acteurs occidentaux.

Il faut un changement radical pour sortir du paradigme de cette drôle de Guerre actuelle contre le Terrorisme où nous sommes tous piégés et qui tourne en rond dans une impasse, ce qui était l’objectif de certains.


Gordon a revu le passé, bien avant la période de la doctrine Bush disant « nous allons traquer et pourchasser tous ceux qui soutiennent le terrorisme où qu’ils se trouvent », depuis la guerre du Vietnam où il a été blessé … Jim W. Dean)



Des positions de l’artillerie syrienne se battant contre l’Etat Islamique à Zabadani ont été bombardées par l’aviation israélienne. Notre équipe de VT s’est rendue au sud de cette zone au cours de nos allées et venues à Damas la semaine dernière.

Avec les discussions récentes sur de mystérieuses forces russes à l’intérieur de la Syrie que personne n’a été capable de localiser, pas même le Président syrien Assad, de merveilleuses probabilités s’ouvrent pour contrer la menace régionale et mondiale que représente l’Etat Islamique (EI).

Il ne s’agit pas seulement des repaires de l’Etat Islamique, évidemment les nombreuses bases de l’EI, les camps de prisonniers et les marchés aux esclaves établis en Turquie. Cela va beaucoup plus loin et un engagement plus important de la Russie pourrait faire des raids éclair contre ces centres terroristes une réalité.

Des précédents juridiques remontent à l’époque du Vietnam et particulièrement à la Guerre contre le Terrorisme, via des extraditions, des prisons secrètes, des assassinats et des attaques de drones sur des installations qui sont maintenant des instruments utiles lorsqu’ils sont déployés contre des soutiens au terrorisme à travers le Moyen-Orient, l’Europe et l’Amérique du Nord.

Ce n’est que lorsque nous nous déciderons de nous en prendre sérieusement aux véritables terroristes et d’utiliser les procédures juridiques que le gouvernement des Etats-Unis a proposées au monde, que nous pourrons finalement être en sécurité, tout comme Dick Cheney l’avait proclamé pour notre intention à tous.

La semaine dernière, l’artillerie syrienne avait commencé à décimer des centaines de combattants de l’EI fuyant leurs derniers refuges à Zabadani, scène d’un mois de bataille avec les forces syriennes et du Hezbollah, une parmi toute une série de victoires permettant de réduire l’empreinte vacillante de l’EI dans ce pays assiégé.
Syrian artillery positions fighitng ISIS in Zabadani were bombed by the IDF
      Artillerie syrienne en action

En l’espace de quelques minutes, les contrôleurs aériens avancés parmi les terroristes affolés et en fuite ont demandé un soutien aérien. Leurs chasseurs-bombardiers F 16 de fabrication américaine ont décollé des bases qu’ils possèdent en Israël et ont réduit à néant  la position d’artillerie syrienne au nord de Damas.

Cela s’est produit à plusieurs reprises et cela a fait l’objet de plusieurs reportages sans avoir jamais été démenti.


Tapis de bombes sur le Cambodge

En revenant en 1970, un célèbre stratège militaire et conseiller politique américain appelé Henry Kissinger a dû faire face à une situation semblable. Les forces américaines au Sud-Vietnam subissaient des attaques à partir de bastions situés à l’intérieur du pays voisin : le Cambodge.

D’abord, Kissinger a envoyé les B 52 larguer des tapis de bombes sur la région. Puis en mai 1970 Kissinger a annoncé l’invasion américaine du Cambodge selon les normes américaines, par des milliers de soldats américains entrant légalement dans le pays, pour poursuivre les forces militantes qui constituent à présent le gouvernement légitime du Vietnam réunifié.

L’Etat Islamique a bénéficié d’un énorme soutien occidental, y compris de la Turquie qui est membre de l’OTAN.

La province de Daraa en Syrie méridionale a été victime de forces de mercenaires entraînés dans des camps de la CIA en Jordanie, qui sont entrées en Syrie et ont massacré des milliers de civils. Ces forces de mercenaires ont quitté la Jordanie en déployant le drapeau noir de l’Etat Islamique. Dirigeant leurs opérations depuis un centre de commandement à l’extérieur d’Amman en Jordanie, constitué d’officiers américains, jordaniens, israéliens et saoudiens.

Cette énorme installation logistique de l’EI qui gère aussi bien les ravitaillements par camions et par voie aérienne en Syrie et en Irak a comme opérateurs des membres de MEK*, un groupe au culte pseudo-islamique fondé en Iran durant les années 1960 par le Mossad, qui est le même groupe qui s’est battu aux côtés de Saddam Hussein contre l’Iran et qui a gazé 30 000 Kurdes entre 1991 et 1993.




*La secte Mojahidine-e-Khalq, péjorativement appelée en Iran « Monafeqin » (hypocrites) se réclame d’une idéologie particulière, une sorte de mélange marxiste-islamique dissimulé sous une façade de militantisme féministe. (voir http://www.planetenonviolence.org/La-Secte-Politique-Iranienne-MEK-MKO-et-ses-gourous-Maryam-et-Massoud-Rajavi/) NdT.



A partir d’octobre 2014, un flot incessant de missiles provenant directement des chaînes de fabrication TOW a été expédié par l’entreprise Raytheon à divers entrepôts de l’Armée de terre américaine. Il n’y a pas de trace du destinataire sur les certificats de livraison d’armes à une autre nation.

Ces missiles se sont retrouvés dans une base Roumaine de l’armée de l’air américaine à Constanta. De là, ils ont été acheminés par avion à Tbilissi en Géorgie, où ils ont été chargés sur des camions de British Petroleum et de Bechtel Corporation qui les ont convoyés à travers la Turquie jusqu’en Syrie où ils ont été mis à disposition des forces d’Al Nusra/Al Qaida.



US TOW missiles have killed a lot of Syrian armor fighting ISIS
         Missile TOW lancé par l’EI/Al Nusra


D’autres armes high-tech payées par les contribuables américains ont été acheminées dans une base de l’armée américaine à Adana en Turquie. De là elles sont parties par camion vers une installation logistique de l’EI/Al Nusra gérée par l’armée turque dans la ville de Reyhanli près de Hatay en Turquie distante d’à peine quelques dizaines de kilomètres des bases de l’Etat Islamique dans la ville syrienne d’Alep.


Les missiles américains TOW ont détruit beaucoup de véhicules blindés de l’armée syrienne qui combat l’EI.

Lorsque l’on a remonté le cheminement des missiles TOW, on a découvert qu’ils avaient été consignés par la CIA en tant qu’approvisionnement secret pour la junte de Kiev (Ukraine).

Les preuves s’accumulent sur le fait que Kiev (l’Ukraine) soutient activement l’EI en leur fournissant des armes et, plus intéressant encore, en les conseillant, en les assistant sur la guerre chimique contre les Kurdes, en échange de promesses de la Turquie qui peuvent comporter un accès de l’Ukraine au nouveau gazoduc au tracé sud (South Stream) entre la Russie et la Turquie qui passe par la Roumanie.




Des cartes internet en ligne de ce tracé ont été supprimées des moteurs de recherche et pourvues de virus, chevaux de Troie, etc.

En poursuivant notre recherche pour découvrir des soutiens au terrorisme qui sont susceptibles selon la loi américaine d’être victimes de frappes de drones, nous arrivons enfin, après des années à dévoiler leurs soutiens matériels de l’EI, non seulement du sénateur John McCain mais d’autres également.

Nous savons que l’EI retire des revenus considérables de la vente de pétrole spolié. Nous savons également qui gère pour leur compte : British Petroleum et Exxon Corporation.

Ces soutiens au terrorisme sont vulnérables, ils ont des flottes de navires qui peuvent être saisis et possèdent des actifs dans le monde entier. Si le siège d’Exxon à Irving dans le Texas ou plusieurs de leurs centres opérationnels au nord de Houston dans les Woodlands devaient être attaqués par la Delta Force aidée par des Spetsnaz russes, ce serait un premier pas vers une véritable guerre menée contre le terrorisme mondial. L’Amérique est-elle prête pour cela ?




Rappelez-vous, c’est une loi américaine qui indique que quiconque est impliqué dans le soutien au terrorisme est susceptible d’être sous le coup de la peine capitale sans procès. (Mesure d’urgence)

N’oublions pas non plus, le vol d’antiquités syriennes et irakiennes. Interpol a soigneusement remonté la piste de milliers d’objets valant des centaines de millions de dollars vers des maisons de vente aux enchères à Londres, New York, Vienne, Paris et Berlin.

Presque chaque maison de vente aux enchères possède des objets provenant du terrorisme dont les maisons très connues jouent un rôle intermédiaire important dans le financement du terrorisme.

A la base, voici le plan proposé en utilisant les précédents stratégiques et juridiques américains :

Pour commencer, une zone d’exclusion aérienne doit être établie au-dessus d’Israël jusqu’à ce que les installations aériennes gérées par l’EI soient démantelées. On peut partir sans se tromper de l’hypothèse que tout le trafic aérien d’Israël est de nature terroriste, peut-être même que des avions de ligne peuvent être remplis d’armes biologiques ou de déchets nucléaires provenant de Dimona (l’usine nucléaire israélienne, NdT.)

Une série de raids éclair, s’étendant sur une période de deux ou trois ans, seront nécessaires pour réduire l’infrastructure terroriste en Turquie. Les installations d’armes chimiques, les camps d’entraînement, les bases aériennes, tout cela doit être mis hors service avant que l’EI soit frappée.

Les camps terroristes et les centres de commandement en Jordanie devront faire l’objet de bombardements avec les armes les plus lourdes car certains sont profondément enfouis sous terre y compris ceux qui se trouvent dans le nouveau complexe de « l’ambassade » saoudienne à l’extérieur d’Amman.



Des équipes d’extradition mèneront une série de raids contre les maisons de vente aux enchères, les banques, les sièges sociaux et les bureaux des journaux dans le monde entier, extirpant les soutiens au terrorisme, comme les Etats-Unis l’ont fait après le 11 septembre


Il y a des douzaines d’ONG (organisations non-gouvernementales) comme l’Observatoire syrien des droits de l’homme à Londres qui servent de relations publiques pour l’EI et il en existe des douzaines d’autres, certaines qui sous couverture d’aide aux réfugiés, infiltrent des djihadistes, organisent du trafic d’êtres humains et de drogue. Elles doivent toutes être traduites en justice.

On doit accorder à l’Amérique le crédit d’avoir utilisé certains des meilleurs juristes au monde, de les avoir réunis dans la Federalist Society, pour élaborer les lois qui permettront de mettre l’Etat Islamique à genoux.

Que l’Amérique, malavisée, ait enlevé et assassiné des gens entièrement innocents grâce à ces dispositions est malheureux. Peut-être que d’autres feront mieux.



L’auteur :

Gordon Duff est un ancien « Marine », retraité de la Guerre du Vietnam, qui a travaillé sur les questions des anciens combattants et prisonniers de guerre pendant des dizaines d’années et comme consultant de divers gouvernements sur les questions de sécurité nationale. Il est un des principaux rédacteurs et président du conseil d’administration de Veterans Today, en particulier pour le journal en ligne « New Eastern Outlook ».





Post a Comment

assange



At midday on Friday 5 February, 2016 Julian Assange, John Jones QC, Melinda Taylor, Jennifer Robinson and Baltasar Garzon will be speaking at a press conference at the Frontline Club on the decision made by the UN Working Group on Arbitrary Detention on the Assange case.

xmas





the way we live

MAN


THE ENTIRE 14:02' INTERVIEW IS AVAILABLE AT

RC



info@exopoliticsportugal.com

BJ 2 FEV


http://benjaminfulfordtranslations.blogspot.pt/


UPDATES ON THURSDAY MORNINGS

AT 08:00h UTC


By choosing to educate ourselves and to spread the word, we can and will build a brighter future.

bj


Report 26:01:2015

BRAZILIAN

CHINESE

CROATIAN

CZECK

ENGLISH

FRENCH

GREEK

GERMAN

ITALIAN

JAPANESE

PORTUGUESE

SPANISH

UPDATES ON THURSDAY MORNINGS

AT 08:00 H GMT


BENJAMIN FULFORD -- jan 19





UPDATES ON THURSDAY MORNINGS

AT 08:00 H GMT

PressTV News Videos