Labels

SUPPORT JULIAN ASSANGE

Wednesday, May 6, 2015

Français -- Le FMI se sépare du reste de la Troïka, et menace de couper le financement de la Grèce


Tyler Durden's picture
Publié par Tyler Durden, le 4 mai 2015


Au point où nous en sommes, il devient évident, même pour l’observateur le moins perspicace, que la Grèce se dirige vers un défaut de paiement d’une façon ou d’une autre. La seule question vraiment importante est de savoir qui va payer les pots cassés et quand, ainsi que la question relativement nouvelle qui est de savoir sur quelle dette la Grèce va manquer à ses engagements en premier (parce qu’elle n’a que l’embarras du choix).

Après un décret visant à écrémer les liquidités excédentaires des coffres du gouvernement local, au profit de la banque centrale, lequel n’a pas eu réellement l’effet escompté, Athènes a été forcé de retarder de 8 heures mardi dernier, le versement des pensions de retraite,  ce qui a eu pour effet que des retraités ont pris d’assaut une réunion de conseil du fonds des retraites, et un des dirigeants a affirmé récemment que même si un accord avait été conclu hier, il n’y avait pas moyen – logistiquement parlant – que la Grèce puisse honorer son échéance de paiement de 780 millions € au FMI le 12 mai prochain.

A présent, FT annonce que le FMI pourrait refuser de débourser la tranche des 7,2 milliards € restants dont Athènes pourrait bénéficier au cas où les négociations connaîtraient une percée si les créanciers européens se mettent d’accord pour renoncer définitivement à une partie du remboursement de la dette grecque. Mais il y a plus.

Fig.1 Conséquences du défaut de paiement par le gouvernement Grec – source UBS Research EPSF- FMI

La Grèce est tellement éloignée du plan de sauvegarde budgétaire de 172 milliards $ qu’elle risque de perdre le soutien vital du Fonds Monétaire International à moins que les créanciers Européens n’acceptent d’annuler un montant significatif de sa dette souveraine, selon un avertissement adressé par le FMI aux créanciers d’Athènes de la zone euro.


L’avertissement, destiné aux ministres des finances de la zone euro par Poul Thomsen, chef du département européen du FMI, envisage l’éventualité de retenir sa part sur la tranche de prêt de 7,2 milliards € d’aide au désendettement dont la Grèce a désespérément besoin pour éviter la faillite.

Les créanciers de la zone euro, qui détiennent la plus grande masse de la dette grecque, sont intransigeants dans leur opposition à une annulation partielle de la dette. Mais le soutien du FMI est crucial à la fois pour l’abondement des fonds qu’il pourrait verser et pour le soutien politique nécessaire afin de désendetter la Grèce, tout particulièrement vis-à-vis de l’Allemagne.

Selon deux dirigeants présents lors d’une réunion houleuse des ministres des finances de la zone euro à Riga (Lettonie) le mois dernier, M. Thomsen a déclaré que les données initiales que le FMI avait reçues par les autorités grecques montraient qu’Athènes était dans la fourchette du déficit budgétaire de 1,5 % du PIB cette année.

Selon les objectifs du plan de sauvegarde et de désendettement budgétaire, Athènes était supposé atteindre un surplus budgétaire principal net – c'est-à-dire en excluant les frais sur la dette souveraine (intérêts) – de 3% du PIB en 2015.

Compte tenu du fait que l’excédent budgétaire se transforme maintenant en déficit non négligeable, le niveau de la dette grecque recommencerait donc à grimper.

FT remarque également que cela s’est déjà produit auparavant, et qu’en dépit du fait que les bailleurs de fonds européens aient accepté l’éventualité d’un renoncement à une partie de la dette en échange de l’injection des liquidités par le FMI à Athènes, les prêts n’ont jamais été véritablement réduits.
En réalité, le FMI est réticent à accorder de nouveaux fonds à la Grèce alors que le pays continue à être en déficit – autrement dit, ils ne sont pas vraiment chauds pour balancer des liquidités dans un trou noir. Au lieu de cela, ils pourraient demander à ce que le ratio dette sur PIB d’Athènes soit réduit avec la bonne vieille recette : en forçant tout simplement la BCE et le contribuable allemand à réduire sa part de dette existante. Ceci représente une façon absurde de botter en touche puisque sans réformes, la Grèce va rapidement remplacer l’ancienne dette qu’on a annulé par de la nouvelle dette qui devra être annulée à une date ultérieure jusqu’à ce que Grexit (la sortie de la Grèce de la zone euro) montre à nouveau la gueule de bois, et ainsi de suite.

Cela démontre également avec force que le FMI menace de ne pas se rembourser … lui-même : après tout le paquet du règlement des intérêts et du capital reste dû au FMI. C’est pourquoi on s’attend à ce que les « patients » Grecs ne fassent que des sourires et acquiescent à la menace sans fondement du FMI en connaissance de cause; et pour lequel il n’est pas clair, si Mme Lagarde joue le bon flic de la Troïka (exige une réduction de la dette) ou le mauvais flic (refuse de financer davantage la Grèce).

Pendant ce temps, Kathimerini remarque que la BCE envisage plusieurs possibilités de nouvelles réductions des garanties d’abondement, par le secteur bancaire concernant l’insolvabilité de la Grèce pour ELA :

La Grèce espère qu’elle trouvera suffisamment de terrain d’entente avec ses bailleurs de fonds pour provoquer une réunion d’urgence de l’Eurogroupe avant le 6 mai, lorsque le conseil d’administration de la Banque Centrale Européenne devra décider du montant des liquidités à accorder aux banques grecques.

Mercredi est considéré par le gouvernement grec comme un jour clé, non seulement parce qu’il veut alléger dès que possible ses problèmes de manque de liquidités mais également parce que les dirigeants de la BCE pourraient choisir d’augmenter la dégradation que la banque centrale applique aux garanties d’abondement offertes par les organismes de crédit grecs en échange de liquidités.

Selon Kathimerini, la BCE travaille sur trois scénarios : des réductions de 44, 65 et 80 pourcent. La réduction actuelle appliquée aux garanties d’abondement pour les banques grecques est de 23 pourcent. Si la BCE devait opter pour le scénario le plus drastique, les bailleurs de fonds régionaux pourraient avoir des difficultés croissantes à fournir les garanties nécessaires pour maintenir le flot de liquidités en provenance de Francfort.

Il semblerait que le FMI n’hésitera pas à manœuvrer de tout son poids dans la balance s’il voit que les choses tournent au vinaigre ; nous nous demandons si l’organisation n’a pas déjà ajouté d’autres partis politiques (principalement en Espagne et en Italie) à sa liste de partis « indésirables » comme celui de Syriza, dont l’élection entraînerait un retrait rapide des liquidités et une demande d’annulation de la dette souveraine, même si c’est majoritairement au détriment des contribuables allemands et pas trop à ceux du FMI ?


Copyright ©2009-2015 ZeroHedge.com/ABC Media, Ltd; All Rights Reserved. Zero
Hedge is intended for Mature Audiences. Familiarize yourself with our legal and
use policies every time you engage the site: they're updated constantly without
notice.  Don't poke around on the site without reviewing our Cookie Policy; you
expressly agree to our serving cookies unless they're disabled on your browser
(instructions included).

Remarque du traducteur : la dette Grecque est supportée majoritairement par la Deutsch Bank et BNP Paris-Bas


Traduction Française : Patrick T rev Isabelle
Post a Comment

assange



At midday on Friday 5 February, 2016 Julian Assange, John Jones QC, Melinda Taylor, Jennifer Robinson and Baltasar Garzon will be speaking at a press conference at the Frontline Club on the decision made by the UN Working Group on Arbitrary Detention on the Assange case.

xmas





the way we live

MAN


THE ENTIRE 14:02' INTERVIEW IS AVAILABLE AT

RC



info@exopoliticsportugal.com

BJ 2 FEV


http://benjaminfulfordtranslations.blogspot.pt/


UPDATES ON THURSDAY MORNINGS

AT 08:00h UTC


By choosing to educate ourselves and to spread the word, we can and will build a brighter future.

bj


Report 26:01:2015

BRAZILIAN

CHINESE

CROATIAN

CZECK

ENGLISH

FRENCH

GREEK

GERMAN

ITALIAN

JAPANESE

PORTUGUESE

SPANISH

UPDATES ON THURSDAY MORNINGS

AT 08:00 H GMT


BENJAMIN FULFORD -- jan 19





UPDATES ON THURSDAY MORNINGS

AT 08:00 H GMT

PressTV News Videos