Labels

SUPPORT JULIAN ASSANGE

Tuesday, October 25, 2016

Thierry Meyssan -- United States – reformation or fracture?

United States – reformation or fracture?

Observing the US presidential electoral campaign, Thierry Meyssan analyses the resurgence of an old and weighty conflict of civilisation. Hillary Clinton has just declared that this election is not about programmes, but about the question «Who are the Americans?». It was not for reasons of his political prgramme that the Republican leaders have withdrawn their support from their candidate, Donald Trump, but because of his personal behaviour. According to Thierry Meyssan, until now, the United States was composed of migrants from different horizons who accepted to submit to the ideology of a particular community . This is the model which is in the process of breaking down, at the risk of shattering the country itself.
 | DAMASCUS (SYRIA)  

JPEG - 46.3 kb
During the year of the US electoral campaign that we have just weathered, the rhetoric has profoundly changed, and an unexpected rift has appeared between the two camps. If, in the beginning, the candidates spoke about subjects which were genuinely political (such as the sharing of wealth or national security), today they are mostly talking about sex and money. It is this dialogue, and not the political questions, which has caused the explosion of the Republican party – whose main leaders have withdrawn their support from their candidate - and which is recomposing the political chess-board, awakening an ancient cleavage of civilisation. On one side, Mrs. Clinton is working to appear politically correct, while on the other, «The Donald» is blowing the hypocrisy of the ex-«First Lady» to smithereens.

On one side, Hillary Clinton promises male / female equality - although she has never hesitated to attack and defile the women who revealed that they had slept with her husband – and that she is presenting herself not for her personal qualities, but as the wife of an ex-President, and that she accuses Donald Trump of misogyny because he does not hide his appreciation of the female gender. On the other, Donald Trump denounces the privatisation of the State and the racketing of foreign personalities by the Clinton Foundation to obtain appointments with the State Department – the creation of ObamaCare not in the interest of citizens, but for the profit of medical insurance companies - and goes as far as to question the honesty of the electoral system.
I am perfectly aware that the way in which Donald Trump expresses himself may encourage racism, but I do not believe for a second that this question is at the heart of the electoral debate, despite the hype from the pro-Clinton medias. It is not without interest that, during the Lewinsky affair, President Bill Clinton apologised to the Nation and convened a number of preachers to pray for his salvation. But when he was accused of similar misconduct by an audio recording, Donald Trump simply apologised to the people he had upset without making any appeal to members of the clergy. The currrent divide re-awakens the revolt of Catholic, Orthodox and Lutheran values against those of the Calvinists, mainly represented in the USA by the Presbyterians, the Baptists and the Methodists.
While the two candidates were raised in the Puritan tradition (Clinton as a Methodist and Trump as a Presbyterian), Mrs. Clinton has returned to the religion of her father, and participates today in a prayer group composed of the army chiefs of staff, The Family, while Mr. Trump practises a more interior form of spirituality and rarely goes to church. Of course, no-one is locked into the systems in which they were raised, but when people act without thinking, they unconsciously reproduce these systems. The question of the religious environment of the candidates may therefore be important.
In order to understand the stakes of this game, we have to go back and look at 17th century England. Oliver Cromwell instigated a military coup d’etat which overthrew King Charles 1st. He wanted to install a Republic, purify the soul of the country, and ordered the decapitation of the ex-sovereign. He created a sectarian régime inspired by the ideas of Calvin, massacred thousands of Irish Papists, and imposed a Puritan way of life. He also created Zionism – he invited the Jews back to England, and was the first head of state in the world to demand the creation of a Jewish state in Palestine. This bloody episode is known by the name of the «First British Civil War».
After the monarchy had been reinstated, Cromwell’s Puritans fled from England. They set up in Holland, from where some of them left for the Americas aboard the Mayflower (the «Pilgrim Fathers»), while others founded the Afrikaneer community in South Africa. During the War of Independence in the 18th century United States, we saw a resurgence of the struggle of the Calvinists against the British monarchy, so that in current manuals of British History, it is known as the «Second Civil War».
In the 19th century, the American Civil War opposed the Southern States (mainly inhabited by Catholic colonists) to the North (mostly inhabited by Protestant colonists). The History of the winning side presents this confrontation as a fight for freedom in the face of slavery, which is pure propaganda. The Southern states abolished slavery during the war when they concluded an agreement with the British monarchy). As a result, we once again saw the revolt of the Puritans against the Brititsh throne, which is why some historians speak of the «Third British Civil War».
During the 20th century, this interior confrontation of British civilisation seemed over and done with, apart from the re-appearance of the Puritans in the United Kingdom with the «non-conformist Christians» of Prime Minister David Lloyd George. It was they who divided Ireland and agreed to create the « Jewish national homeland» in Palestine.
In any case, one of Richard Nixon’s advisors, Kevin Philipps, dedicated a voluminous thesis to these civil wars, in which he noted that none of the problems had been solved, and announced a fourth confrontation [1].
 The adepts of the Calvinist churches, who for the last 40 years have voted massively for the Republicans, now support the Democrats.
I have no doubt that Mrs. Clinton will be the next President of the United States, or that if Mr. Trump were to be elected, he would be rapidly eliminated. But over the last few months, we have witnessed a large electoral redistribution within an irreversible demographic evolution. The Puritan-based churches now account for only a quarter of the population, and are swinging towards the Democrat camp. Their model looks like a historical accident. It disappeared in South Africa, and will not be able to survive much longer, either in the United States or in Israël. Beyond the Presidential election, US society will have to evolve rapidly or split once again. In a country where the youth massively rejects the influence of the Puritan preachers, it is no longer possible to displace the question of equality. The Puritans envisage a society where all men are equal, but not equivalent. Lord Cromwell wanted a Republic for the English, but only after he had massacred the Irish Papists. This is how it is at the moment in the United States – all citizens are equal before the law, but in the name of the same texts, black people are systematically condemned, while attenuating circumstances are found for white people who have committed equivalent crimes. And in the majority of states, a penal condemnation, even for a speeding ticket, is enough to cancel the right to vote. Consequently, white and black people are equal, but in most states, the majority of black people has been legally deprived of its right to vote. The paradigm of this thought, in terms of foreign policy, is the «two-state» solution in Palestine – equal, but above all, not equivalent.
It is Puritan thinking that led the administrations of preacher Carter, Reagan, Bush (Sr. and Jr. are direct descendants of the Pilgrim Fathers), Clinton and Obama to support Wahhabism, in contradiction to the declared ideals of their countries, and today, to support Daesh.
A long time ago, the Founding Fathers built communities in Plymouth and Boston which were idealised in the US collective memory. And yet the historians are formal – they claimed to be creating the «New Israël», and chose the «Law of Moses». They did not place the Cross in their temples, but the Tables of the Law. Although they are Christians, they attach more importance to the Jewish scriptures than the Gospel. They oblige their women to veil their faces and re-established corporaI punishment. Thierry Meyssan
Translation
Pete Kimberley
[1The Cousins’ Wars, Kevin Philipps, Basic Books, 1999.
Article licensed under Creative Commons
The articles on Voltaire Network may be freely reproduced provided the source is cited, their integrity is respected and they are not used for commercial purposes (license CC BY-NC-ND).


Les États-Unis vont-ils se réformer ou se déchirer ?

Observant la campagne électorale présidentielle états-unienne, Thierry Meyssan analyse la résurgence d’un vieux et lourd conflit civilisationnel. Hillary Clinton vient de déclarer que cette élection ne portait pas sur des programmes, mais sur la question de savoir « Qui sont les Américains ? ». Ce n’est pas sur des questions politiques que les ténors républicains viennent de retirer leur soutien à leur candidat, Donald Trump, mais à propos de son comportement personnel. Selon notre auteur, jusqu’à présent, les États-uniens étaient des migrants venant d’horizons différents et acceptant de se soumettre à l’idéologie d’une communauté particulière. C’est ce modèle qui est en train de se briser, au risque de briser le pays lui-même.

 | DAMAS (SYRIE)  



JPEG - 46.3 ko
73% des électeurs millénaristes (c’est-à-dire croyant à l’imminence de la fin du monde) condamnent le candidat républicain Donald Trump. 68% d’entre eux considèrent que la candidate démocrate Hillary Clinton est plus apte à défendre les classes moyennes ; 64% qu’elle est meilleure en politique étrangère ; 61% en économie.
Au cours de l’année de campagne électorale états-unienne que nous venons de traverser, la rhétorique a profondément changé et un clivage inattendu est apparu entre les deux camps. Si, au départ, les candidats parlaient de sujets proprement politiques (comme la répartition des richesses ou la sécurité nationale), ils traitent aujourd’hui principalement de sexe et d’argent.
C’est ce discours et non pas les questions politiques qui a fait exploser le Parti républicain —dont les principaux leaders ont retiré leur soutien à leur candidat— et qui recompose l’échiquier politique, faisant ressurgir un très ancien clivage civilisationnel. D’un côté, Madame Clinton se veut politiquement correcte tandis que de l’autre « Le Donald » fait voler en éclats l’hypocrisie de l’ancienne « première Dame ».

D’un côté, Hillary Clinton promeut l’égalité hommes/femmes, bien qu’elle n’ait jamais hésité à attaquer et salir les femmes qui révélaient avoir couché avec son mari ; qu’elle se présente non pas pour ses qualités personnelles, mais en tant qu’épouse d’un ancien président, et qu’elle accuse Donald Trump de misogynie parce qu’il ne cache pas son goût pour la gente féminine. De l’autre, Donald Trump dénonce la privatisation de l’État et le racket des personnalités étrangères par la Fondation Clinton pour obtenir un rendez-vous au département d’État ; la création de l’ObamaCare non pas dans l’intérêt des citoyens, mais pour le profit des assurances médicales ; et va jusqu’à mettre en cause la sincérité du système électoral.
J’ai parfaitement conscience que la manière dont s’exprime Donald Trump encourage de fait le racisme, mais je ne pense pas du tout que ce soit au cœur du débat électoral malgré la battage qu’en font les médias pro-Clinton.
Il n’est pas indifférent que, lors de l’affaire Lewinsky, le président Bill Clinton ait présenté ses excuses à la Nation et ait réuni des pasteurs pour prier pour son salut. Tandis que mis en cause pour des faits similaires par un enregistrement audio, Donald Trump s’est contenté de présenter ses excuses aux personnes qu’il avait blessées sans faire appel à des membres du clergé.
Le clivage actuel reprend la révolte des valeurs des Catholiques, des Orthodoxes et des Luthériens contre celles des Calvinistes, principalement représentés aux États-Unis par les Presbytériens, les Baptistes et les Méthodistes.
Si les deux candidats ont été élevés dans la tradition puritaine (Clinton comme Méthodiste et Trump comme Presbytérien), Madame Clinton est revenue à la religion à la mort de son père et participe aujourd’hui au groupe de prière des chefs d’état-major des armées, The Family, tandis que Monsieur Trump pratique une spiritualité plus intériorisée et ne fréquente guère de temples.
Bien sûr, personne n’est enfermé dans les schémas dans lesquels il a été élevé. Mais lorsque l’on agit sans réfléchir, on les reproduit à son insu. La question de l’environnement religieux de chacun peut donc être importante.
Pour comprendre ce qui est en jeu, il faut revenir en Angleterre au XVIIème siècle. Oliver Cromwell renversa par un coup d’État militaire le roi Charles Ier. Il prétendit instaurer une République, purifier l’âme du pays, et fit décapiter l’ancien souverain. Il créa un régime sectaire inspiré des idées de Calvin, massacra en masse les Irlandais papistes, et imposa un mode de vie puritain. Il conçu aussi le sionisme : il rappela les Juifs en Angleterre et fut le premier chef d’État au monde à réclamer la création d’un État juif en Palestine. Cet épisode sanglant est connu sous le nom de « Première Guerre civile britannique ».
Après le rétablissement de la monarchie, les Puritains de Cromwell fuirent l’Angleterre. Ils s’installèrent aux Pays-Bas, d’où certains d’entre eux partirent à bord du Mayflower aux Amériques (les « Pères pèlerins »), tandis que d’autres fondèrent la communauté Afrikaneer en Afrique australe. Lors de la Guerre d’indépendance des États-Unis au XVIIIe, on revit l’affrontement des Calvinistes contre la Monarchie britannique, de sorte que dans les manuels actuels d’Histoire britannique, on la désigne comme la « Seconde Guerre civile ».
Au XIXème siècle, la Guerre de sécession opposa les États du Sud (principalement habités par des colons catholiques) à ceux du Nord (plutôt habités par des colons protestants). L’Histoire des vainqueurs présente cet affrontement comme une lutte pour la liberté face à l’esclavage, ce qui est de la pure propagande (les États du Sud abolirent l’esclavage durant la guerre lorsqu’ils conclurent une alliance avec la monarchie britannique). De fait, on retrouva l’affrontement des Puritains contre le trône anglais, raison pour laquelle certains historiens parlent ici de « Troisième Guerre civile britannique ».
Au cours du XXème siècle, cet affrontement interne de la civilisation britannique semblait révolu, hormis la résurgence des Puritains au Royaume-Uni avec les « chrétiens non-conformistes » du Premier ministre David Llyod George. Ces derniers divisèrent l’Irlande et s’engagèrent à créer le « Foyer national juif » en Palestine.
Quoi qu’il en soit, un des conseillers de Richard Nixon, Kevin Philipps, consacra une thèse volumineuse à ces guerres civiles, constata qu’aucun des problèmes n’était résolu, et annonça une quatrième manche [1].
 Les adeptes des Églises calvinistes, qui depuis 40 ans votaient massivement pour les Républicains, soutiennent désormais les Démocrates.
Je ne doute pas que Madame Clinton sera le prochain président des États-Unis, ou que si Monsieur Trump était élu, il serait rapidement éliminé. Mais en quelques mois, on assiste à une large redistribution électorale sur fond d’une évolution démographique irréversible. Les Églises issues des Puritains ne totalisent plus que le quart de la population et basculent dans le camp démocrate. Leur modèle apparaît comme un accident historique. Il a disparu d’Afrique du Sud et ne pourra pas survivre encore bien longtemps, ni aux États-Unis, ni en Israël.
Au-delà de l’élection présidentielle, la société US doit rapidement évoluer ou se déchirer à nouveau. Dans un pays où la jeunesse rejette massivement l’emprise des prêcheurs puritains, il n’est plus possible de déplacer la question de l’égalité. Les Puritains envisagent une société où tous les hommes sont égaux, mais pas équivalents. Lord Cromwell voulait une République pour les Anglais, mais seulement après avoir massacré les papistes irlandais. C’est ainsi qu’actuellement aux États-Unis, tous les citoyens sont égaux devant la loi, mais au nom des mêmes textes les tribunaux condamnent systématiquement des noirs tandis qu’ils trouvent des circonstances atténuantes aux blancs ayant commis des crimes ou délits équivalents. Et, dans la majorité des États, une condamnation pénale, même pour un excès de vitesse, suffit à se voir retirer le droit de vote. Par conséquent, blancs et noirs sont égaux, mais dans certains États, la majorité des hommes noirs a légalement été privée de son droit de vote. Le paradigme de cette pensée, en politique étrangère, c’est la « solution à deux États » en Palestine : égaux, mais surtout pas équivalents.
C’est la pensée puritaine qui a conduit les administrations du pasteur Carter, de Reagan, de Bush (Sr. et Jr. sont deux descendants directs des Pères pèlerins), de Clinton et d’Obama à soutenir le wahhabisme en contradiction avec les idéaux affichés par leur pays, et aujourd’hui à soutenir Daesh.
Jadis, les Pères pèlerins fondèrent des communautés à Plymouth et Boston, qui ont été idéalisées dans la mémoire collective états-unienne. Les historiens sont pourtant formels, ils disaient former le « Nouvel Israël » et choisirent la « Loi de Moïse ». Ils ne placèrent pas de Croix dans leurs temples, mais les Tables de la Loi. Quoique chrétiens, ils attachaient plus d’importance aux écritures juives qu’aux Évangiles. Ils obligèrent leurs femmes à se voiler la tête et rétablirent les châtiments corporels.
[1The Cousins’ Wars, Kevin Philipps, Basic Books, 1999.
Articles sous licence creative commons
Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).
Post a Comment

assange



At midday on Friday 5 February, 2016 Julian Assange, John Jones QC, Melinda Taylor, Jennifer Robinson and Baltasar Garzon will be speaking at a press conference at the Frontline Club on the decision made by the UN Working Group on Arbitrary Detention on the Assange case.

xmas





the way we live

MAN


THE ENTIRE 14:02' INTERVIEW IS AVAILABLE AT

RC



info@exopoliticsportugal.com

BJ 2 FEV


http://benjaminfulfordtranslations.blogspot.pt/


UPDATES ON THURSDAY MORNINGS

AT 08:00h UTC


By choosing to educate ourselves and to spread the word, we can and will build a brighter future.

bj


Report 26:01:2015

BRAZILIAN

CHINESE

CROATIAN

CZECK

ENGLISH

FRENCH

GREEK

GERMAN

ITALIAN

JAPANESE

PORTUGUESE

SPANISH

UPDATES ON THURSDAY MORNINGS

AT 08:00 H GMT


BENJAMIN FULFORD -- jan 19





UPDATES ON THURSDAY MORNINGS

AT 08:00 H GMT

PressTV News Videos