Labels

SUPPORT JULIAN ASSANGE

Friday, July 31, 2015

Français -- VETERANS TODAY: La dissimulation concernant le vol MH17 vole en éclat grâce à une nouvelle vidéo, « Il y a tant de choses à cacher » (mise à jour)

Veterans Today - La dissimulation concernant le vol MH17 vole en éclat grâce à une nouvelle vidéo,
 « Il y a tant de choses à cacher »  (mise à jour)

            Par Gordon Duff, rédacteur en chef, le 17 juillet 2015 –





            Une reconstitution russe du trafic aérien dans l’Ukraine orientale au moment où l’avion MH 17 s’est écrasé (en bulle rouge les avions concernés)


Le clip vidéo en entier (censuré) et sous-titré en anglais qui montre apparemment que c’est un avion qui aurait descendu le vol MH17. V.T. avait raison dès le mois d’août 2014.

Attention : Certaines images peuvent heurter certaines personnes :   https://youtu.be/j4zQKUVPfAQ


« Le 11 septembre, l’infâme « type à la Harley », un employé de Fox News portant un t-shirt Harley Davidson était interrogé peu après que les trois tours se soient effondrées. Il a décrit en détail exactement quelles seraient les conclusions, (aussi absurde que cela puisse paraître aujourd’hui) du rapport pour le public concernant le 11 septembre, et publié des années plus tard. En fait, il était le véritable auteur de ce document qui est un faux. A propos de l’attaque du vol Malaysia MH-17 qui s’est écrasé, nous avons droit à un nouveau « type à la Harley » toutes les deux semaines, une véritable compagnie armée, qui met notre patience à rude épreuve, colporte les mêmes détails fallacieux sur le « missile BUK ».

Note du rédacteur : Cette vidéo ne dure que 4 minutes 17 secondes. News Corp (du groupe Murdoch) prétend que la vidéo complète affirme que le MH17 a été descendu par un avion. Le fait que cette vidéo, tournée par des enquêteurs sur le site du crash s’efforçant de sécuriser le site, a été dissimulée pendant un an est inexcusable. Des histoires qui ont circulé sur la façon dont le site accidenté a été protégé et ce qui s’y est passé se sont révélées totalement fausses. VT avait raison dès août 2014. Lisez l’article initial de VT là :

http://www.veteranstoday.com/2014/08/06/315291  

suivi des reportages de Sputnik News et de Russia Today. Des employés de VT sont prêts à intervenir dans l’attente que le site web soit attaqué.

Exclusivité VT : au fur et à mesure de la journée une guerre médiatique de dupes se propagea accompagnée d’un « deny service » une attaque malveillante massive sur notre serveur internet Veterans Today. L’histoire du missile BUK, qui a ignoré depuis le début le fait que Kiev avait délibérément dirigé le vol MH17 au-dessus d’une « zone d’exclusion aérienne de combat », a été colportée non seulement par les complices rémunérés de l’agent israélien Jane Harman, du Daily Beast (Newsweek) mais par des armées de débiles, de pédophiles, habitués des plateaux de discussion et de retraités de l’armée rémunérés.

Nous considérons que cette campagne d’intox médiatique orchestrée, ainsi que l’amas de preuves dont seulement quelques-unes sont mises en évidence ci-après, démontre preuve à l’appui qu’Israël était clairement impliqué dans la destruction du MH17 et probablement du MH370 également. Ils ont fait « d’une pierre deux coups » avec le MH17, en portant un coup à deux ennemis, la Russie et la Malaisie.

Tout ce qui a été rendu public à propos du MH17 n’était que des mensonges. De nouvelles preuves soutiennent l’hypothèse que deux avions ont été abattus : le MH17 (un Boeing 777-200) et le chasseur qui l’a descendu … lui-même abattu par ce qui est dorénavant un avion de chasse russe dans l’espace aérien Ukrainien, envoyé d’urgence pour protéger le MH17. Deux pilotes du Sukhoi 25 se sont éjectés avant que leur avion de chasse ne s’écrase selon des déclarations de témoins non divulgués pendant un an.

Les Russes ont défendu l’espace aérien de l’Ukraine orientale à cause de cas antérieurs d’attaques aériennes. Des pilotes russes ont également défendu le Nord Vietnam pendant la guerre du Vietnam, et des pilotes américains ont mené des missions au-dessus d’Israël, de la Syrie et de l’Egypte au cours de la Guerre du Kippour de 1973, et même peut-être des missions non officielles pour le compte de groupes comme Al Nusra ou l’E.I. qui se battent en Syrie et en Irak.

La Russie et des alliés séparatistes ont dissimulé des faits très importants sur le crash du MH17 parce qu’un avion russe a descendu le Sukhoi 25 de Kiev (muni d’armes israéliennes selon RT) qui avait descendu l’avion de ligne de la Malaysian Airlines. Les Américains et d’autres qui avaient accès au lieu de l’accident des crashs et aux photos satellites ont dissimulé le lieu du second crash. Etait-ce parce que les missiles étaient israéliens ? Etait-ce pour empêcher que le public ne connaisse l’ampleur de l’engagement de nombreux pays qui l’accuseraient pour la destruction de l’avion  MH17 ?

       Un SUKHOI Su-25 de l’Armée de l’air Ukrainienne

            Le missile israélien Python cité dans un reportage

Pourquoi cette vidéo a-t-elle été cachée ? Où était-elle durant tout ce temps-là ? Pourquoi Murdoch ordonne-t-il sa diffusion parmi d’autres ? Depuis combien de temps Murdoch en a-t-il connaissance ? Quelles autres preuves nous cache-t-on ? Avec les Etats-Unis disposant de systèmes AWACS et AEGIS dans la région, pourquoi n’ont-ils pas publié leurs preuves à moins que, comme c’est souvent le cas, les Américains travaillent pour Israël, ils avaient des raisons pour dissimuler cette preuve irréfutable ?


Le reportage de Sputnik News comprenant la transcription de la vidéo censurée

Dans l’incrédulité la plus totale

Dans l’intervalle, le magazine d’information australien News.com a publié ce qu’il affirme être la transcription de « la vidéo de 17 minutes enregistrée par les rebelles eux-mêmes sur une caméra-vidéo alors qu’ils croyaient initialement filmer un chasseur de l’armée de l’air ukrainienne qu’ils venaient de descendre ».

Le site web, cependant, n’a mis en ligne qu’un extrait de 4 minutes de la vidéo mais a publié ce qu’il affirme être la transcription du texte complet.

Si c’est vrai, la conversation enregistrée par la caméra prouve que les prétendus combattants en auto-défense sont arrivés sur le site du crash du Boeing 777-200 alors qu’ils cherchaient le chasseur Sukhoi 25 ukrainien.

« Ils disent que le Sukhoi 25 (l’avion de chasse) a descendu l’avion civil et que le nôtre (Jim Dean : ils ne pouvaient parler que d’un avion russe) a descendu l’avion de chasse », ce sont les paroles du commandant que cite la transcription. »

Fond sonore : « Ils ont décidé de procéder de cette manière, pour faire croire que c’est nous qui avions abattu l’avion.”

La transcription dit également qu’alors que les combattants scrutaient le site du crash de l’avion civil, il y avait un autre lieu d’accident d’avion, probablement celui de l’avion de chasse.

« Le Sukhoi 25 a descendu l’avion de ligne et nous avons abattu le Sukhoi ».

C’est loin d’ici ? Où est-ce qu’il s’est écrasé ?

On dirait … D’où vient cette fumée ?

Quelque chose d’autre est en train de brûler, le village 49.

Je veux dire … les deux pilotes éjectés ont atterri avec leurs parachutes. »

Le site web préfère cependant ne pas tenir compte de l’existence d’un deuxième avion, qui a descendu le Boeing. Il se concentre principalement sur les personnes étudiant les restes du Boeing et insiste lourdement sur le fait qu’il a été abattu par un missile sol-air.


Reportage de Russia Today (RT) : Un rapport sur la catastrophe aérienne du vol Malaysia Airlines MH17 en Ukraine de l’année dernière, affirme selon un groupe d’experts chevronnés de la sécurité aérienne, et maintient que le Boeing MH17 a été descendu par un missile air-air israélien Python.

Israeli Python missile cited in report

            Le missile air-air Python de fabrication Israélienne



           

Articles : Malaysia plane crash,   http://www.rt.com/trends/malaysia-mh17-plane-crash/
l’Ukraine en ébullition http://www.rt.com/trends/ukraine-turmoil/

La fuite sur le rapport émane du LiveJournal d’Albert Naryshkin (alias albert-lex) de mardi soir et a déjà été largement débattu sur les réseaux sociaux en Russie.

Les auteurs du rapport d’enquête ont calculé le point de lancement possible du missile qui a touché l’avion de ligne et le nombre ainsi que le poids approximatif des éléments d’impact, qui à leur tour ont permis de déterminer le type d’arme et le fabricant potentiel.

Le Boeing 777 de la Malaysia Airlines assurant le vol Amsterdam – Kuala Lumpur le 17 juillet 2014, s’est écrasé sur le territoire de l’Ukraine près du village de Grabovo, tuant tous les 283 passagers et les 15 membres d’équipage à bord.

L’appareil s’est désintégré en vol et les débris du MH17 se sont éparpillés sur une zone d’environ 50 km2.

L’apparence extérieure des morceaux du fuselage du MH17 indique que des « fragments du cockpit des pilotes ont subi des dommages spécifiques sous la forme de perforations localisées et d’effets de reliefs en surface caractéristiques d’impacts à vitesse ultra-rapide par des objets compacts et durs », selon le rapport, insistant sur le fait que des dégâts similaires se retrouvaient sur la partie intérieure du cockpit.

Le rapport précise que les éclats sur le revêtement du fuselage entourant les perforations du fragment de cockpit sont caractéristiques des effets de l’onde de choc créés par les impacts en vitesse ultra-rapide. Certains dégâts, bien que plus importants et moins denses, ont pu être constatés près de l’entrée d’air du moteur sous l’aile gauche de l’appareil.
           
La nature des dégâts permet d’identifier la source de l’explosion comme une ogive munie d’un dispositif à fragmentation hautement explosif d’une arme moderne antiaérienne, selon le rapport.

En plus des perforations, les débris du nez et du cockpit de l’appareil présentent un grand nombre de micro-cratères parsemés résultant de l’impact ultra-rapide, de poussières et de minuscules débris, tels que des agents explosifs non consumés et des éléments du missile qui accompagnent l’onde de choc d’une explosion très proche de la cible. Dans le cas du MH17, le cockpit des pilotes.

Le rapport affirme qu’en règle générale, la vitesse initiale des éléments explosifs d’armes anti-aériennes modernes varie entre 1500 et 2500 mètres par seconde.
           
Dans l’ensemble, les experts ont analysé les photos de cinq fragments du cockpit et du moteur gauche du vol MH17, sur lesquels ils ont pu dénombrer quelque 230 perforations et impacts « meurtriers ».  Compte-tenu de ces éléments, les experts affirment que la zone exacte de l’impact de l’explosion a pu être définie avec une bonne précision.





L’ogive a explosé très près du cockpit, sur son côté gauche, à une distance de 0,8 à 1,6 mètres de la fenêtre du cockpit, exactement en face de la fenêtre coulissante du commandant de bord.  Les dimensions et la nature des perforations causées par les éléments d’impact permettent apparemment de déterminer leur taille et leur forme, ce qui à son tour permet d’identifier le type d’arme utilisé en l’espèce.

Le diamètre de la plus grande majorité, 86 pourcent des 186 perforations du fuselage étudiées par les experts, se situe entre 6 et 13 mm, et pour la plupart se situe à 8 mm.

Ce fait a amené le groupe d’experts à conclure sur la dimension de l’ogive des éléments balistiques d’impact. Si l’ogive avait été munie de deux types de critères d’impact, la majorité des perforations aurait été de deux types différents constate le rapport.

Les critères balistiques d’impact ont été déterminés comme étant au format rectangulaire mesurant 8 x 8 x 6 mm avec une marge d’erreur de 0,5 mm, fort probablement en acier et d’un poids estimé de 3 grammes chacun. Le nombre total de ces impacts devait être une fourchette entre 2000 et 4000.

Le poids total balistique d’impact est estimé entre 4,88 et 14,8 kilogrammes.

            ©http://albert-lex.livejournal.com, Free


Le rapport réfute l’argument des militaires russes d’Alma-Antey qui ont prétendu précédemment que des « fragments d’acier en forme de double t », similaires à ceux utilisés dans les ogives des missiles sol-air Buk avaient été trouvés dans les débris du vol MH17.

Il faut dire que les éléments d’impact en double-t du missile Buk pèsent 8,1 grammes, soit plus du double des fragments qui ont perforé le fuselage du MH17. Par conséquent, selon le rapport, l’hypothèse de l’implication d’un système de missile Buk dans le crash est « très probablement incorrecte ».

Avec une probabilité de 95 % le groupe d’experts estime que le poids de l’ogive (explosifs plus critères balistiques d’impacts) qui a abattu le MH17 se situe entre 10 et 40 kg.

            ©http://albert-lex.livejournal.com, Free

            Cela a amené les experts à déterminer le type exact d’arme utilisé contre le vol MH17 de la Malaysia Airlines.

Le rapport affirme que les systèmes de missiles air-sol de fabrication soviétique ou russe utilisent des ogives plus puissantes que le maximum de 40 kg déterminé dans le cas du MH17.

De plus, les missiles air-air de fabrication soviétique ou russe qui ont une ogive d’une capacité similaire de 10-40 kg utilisent d’autres types de balistiques d’impact dans l’ogive – ce qui ne correspond pas au cas du MH17.

Il y a toute une série de missiles air-air étrangers qui ont des ogives avec ce genre de caractéristiques, mais le manque de caractéristiques physiques du missile utilisé contre le MH17 a empêché les experts de déterminer le type d’arme utilisée avec exactitude.  Cependant les circonstances et les conditions de l’attaque ont permis aux experts de faire certaines hypothèses.

©http://albert-lex.livejournal.com, Free


Le missile qui a attaqué le MH17 disposait d’une balise radar de repérage passive, ce qui explique pourquoi le missile a explosé si près du cockpit. Sous le nez perméable au radar d’un Boeing 777-200 se trouve une station de surveillance radar utilisable durant le vol, donc il est probable que le missile se soit calé sur ce point radar comme cible.

A part la balise de repérage radar, le missile aurait pu être équipé d’un système de recherche évolué, de type matriciel, à imagerie infrarouge, qui permet au missile de déterminer la taille et le type de cible et sélectionner pour son attaque ses éléments vitaux. Pour un gros appareil comme le Boeing, c’est évidemment le cockpit.

Une simulation de l’attaque du missile a prouvé que des missiles équipés de ce genre de système de guidage choisissent d’attaquer un gros avion de ligne de manière frontale. Il existe quatre missiles air-air qui correspondent à la description établie par les experts, à savoir : le français Magis-2, l’israélien Shafrir, l’américain AIM-9 et l’israélien Python – tous à courte portée.

Les trois premiers ont été rayés de la liste pour des raisons variées, comprenant le type de balise ou les caractéristiques du système de guidage. Le Python mérite un examen plus approfondi.

Le Python est équipé d’un système de guidage à imagerie matricielle infrarouge. Il permet à une ogive de puissance moyenne d’intercepter efficacement de gros appareils. L’ogive est armée d’une série balistique à l’impact immédiat. Encore plus important, certaines sources militaires accessibles pensent qu’au début des années 2000, un certain nombre de chasseurs-bombardiers Sukhoi Su-25 ont été modifiés pour recevoir des missiles Python de quatrième et cinquième génération, qui ressemblent beaucoup aux missiles R-60 classiques normalement armés sur les Su-25.

Le rapport non officiel qui a fuité dans le LiveJournal s’est ajouté aux autres versions non officielles présentées pendant l’année écoulée depuis que la catastrophe s’est produite le 17 juillet 2014. Le Conseil de Sécurité Néerlandais qui a mené l’enquête internationale sur les causes du crash de l’avion doit présenter son rapport officiel en octobre.

News Corp Australie a réussi à obtenir une vidéo précédemment inconnue filmée apparemment dans les minutes qui ont suivi le crash du vol MH17 de la Malaysia Airlines qui a eu lieu il y a exactement un an. Les voix mentionnées dans la transcription complète de l’enregistrement prétendent qu’un avion a descendu le Boeing.


            TrendsMalaysia MH17 plane crash

Un vidéo-clip de quatre minutes publié par News Corp Australia est un extrait d’une prétendue vidéo de 17 minutes, qui décrit apparemment les suites immédiates sur le lieu du crash du Boeing du MH17. Le clip montre des combattants rebelles arrivant sur le site, essayant de prendre le contrôle de la situation. On entend leur commandant ordonner d’éloigner tous les civils et les curieux et de rechercher les boîtes noires.

Dans le clip on entend la voix d’un homme, qui est supposée être celle du commandant, qui reçoit un certain nombre d’appels téléphoniques émanant apparemment d’autres combattants rebelles sur d’autres sites où sont tombés des débris. On entend l’homme dire « Quoi ? Il y a un autre avion ? » et ordonner à ses hommes « d’établir un périmètre de sécurité et de maintenir les civils à distance ».
           
POUR EN SAVOIR DAVANTAGE: Israeli-made air-to-air missile may have downed MH17 – report
           
Le clip de quatre minutes publié par News.com.au est accompagné d’une transcription d’une vidéo plus longue de 17 minutes, qui n’a pas été publiée. News Corp Australie a affirmé à RT qu’ils « maintenaient la transcription, qui était celle de la vidéo complète, qui est maintenant en possession des enquêteurs. »

            © News Corp. Australia, Free
           
Le texte cite un commandant des forces rebelles disant que « le Sukhoi (avion de chasse) a descendu l’avion et nous avons descendu le Sukhoi ».

Plus loin, l’homme est cité en disant que « il y a deux avions abattus », alors qu’une voix en arrière-plan dit : « le chasseur a descendu celui-là (le Boeing MH17), et le nôtre a descendu le chasseur. Ils (les Ukrainiens) ont décidé de procéder de cette manière, pour faire croire que c’est nous qui avions abattu l’avion. »

Selon la transcription, il y avait également entre deux et « cinq parachutistes » qui ont atterri dans le village voisin de Grabovo. Cela incluait un pilote « traînant près de Rassypnoe » (un village voisin) et un commandant qui a ordonné à ses hommes d’aller immédiatement à leur recherche.

Un des rebelles s’étonne également de, par qui et pourquoi ils (le Boeing) ont obtenu la permission de survoler une zone de guerre.

Le clip de quatre minutes montre les rebelles fouillant les débris à la recherche des boîtes noires et en découvrant une, ainsi que des papiers d’identité de passagers, qu’ils ont filmés avec la caméra.

La ministre australienne des affaires étrangères, Julie Bishop, a réagi à la publication de la vidéo en disant qu’elle ne pouvait pas vérifier son authenticité. « On éprouve un malaise en la regardant, et 12 mois après le crash du MH17, il est profondément préoccupant que cet enregistrement n’ai émergé que maintenant », a-t-elle déclaré à Nine Network.

Julie Bishop a également déclaré : « c’est assurément cohérent avec tout ce qu’on nous a dit, le renseignement que nous avons reçu il y a deux mois, que le vol MH17 avait été descendu par un … missile ».

Le vol MH17 de Malaysia Airlines, qui assurait la ligne Amsterdam – Kuala Lumpur - Sydney a été descendu au-dessus de l’Ukraine orientale le 17 juillet 2014, tuant l’ensemble des passagers et personnels à bord soit 298 personnes.



Veteran’s Today – Traduction Française Patrick T rev Isabelle     




Post a Comment

assange



At midday on Friday 5 February, 2016 Julian Assange, John Jones QC, Melinda Taylor, Jennifer Robinson and Baltasar Garzon will be speaking at a press conference at the Frontline Club on the decision made by the UN Working Group on Arbitrary Detention on the Assange case.

xmas





the way we live

MAN


THE ENTIRE 14:02' INTERVIEW IS AVAILABLE AT

RC



info@exopoliticsportugal.com

BJ 2 FEV


http://benjaminfulfordtranslations.blogspot.pt/


UPDATES ON THURSDAY MORNINGS

AT 08:00h UTC


By choosing to educate ourselves and to spread the word, we can and will build a brighter future.

bj


Report 26:01:2015

BRAZILIAN

CHINESE

CROATIAN

CZECK

ENGLISH

FRENCH

GREEK

GERMAN

ITALIAN

JAPANESE

PORTUGUESE

SPANISH

UPDATES ON THURSDAY MORNINGS

AT 08:00 H GMT


BENJAMIN FULFORD -- jan 19





UPDATES ON THURSDAY MORNINGS

AT 08:00 H GMT

PressTV News Videos