Labels

SUPPORT JULIAN ASSANGE

Friday, September 11, 2015

Veterans Today - La confirmation que Tianjin a subi une attaque nucléaire

Veterans Today - La confirmation que Tianjin a subi une attaque nucléaire


Il ne s’agissait pas d’un incendie d’origine chimique, mais du 11 septembre à la Chinoise

Par Ian Greenhalgh en Grande-Bretagne et avec Jeff Smith aux Etats-Unis, le 25 août 2015



(Note de l’éditeur : parfois nous aimons avancer rapidement sur un sujet qui fait la une pour coiffer les grands médias sur le fil, malgré tout leur argent et leurs ressources humaines. Et en d’autres occasions notre sixième sens nous incite à prendre de la distance, à étudier les premiers reportages à la recherche d’indices de ce qui n’est PAS dans les articles, et de mettre en place une de nos équipes spéciales d’investigation.

L’année dernière, nous avions malheureusement beaucoup de travail à confier à notre équipe spécialisée dans les accidents d’avions, cette équipe étant constituée d’anciens pilotes chevronnés et de spécialistes des enquêtes sur les accidents d’avions, liés principalement par des contrats à long terme. Lorsqu’il s’agit d’enquêtes sur des mini-bombes nucléaires, la liste est beaucoup plus réduite car il y a moins d’experts disponibles sur ces sujets.


Comme vous allez l’apprendre rapidement ci-dessous, à moins de savoir où regarder et de posséder des connaissances approfondies sur la science délicate de ce qui fait exploser ces divers engins, et sur les traces qui restent pour vous révéler ce dont il s’agissait, les preuves accumulées devant vous ne serviront à rien.

Nous avons ajouté plus de documentation technique que d’habitude pour un public généraliste car cet article a également été rédigé pour les experts en armements et explosifs du monde entier, qui vont rapidement s’emparer de ce sujet. Heureusement, les explosifs sont un domaine largement étudié avec une multitude d’essais et de données collectées. Les personnes qui étudient ces éléments dans le cadre de leur profession ont dû assimiler des encyclopédies entières de recherches passées pour tirer la moindre conclusion d’une photo de la destruction massive.

Nous sommes montés en puissance pour le faire parce que nous en avons la possibilité et pour cette raison j’ai apporté une contradiction au Dr. Jim Walsh du Programme des Etudes sur la Sécurité du MIT. Dans un récent débat télévisé de Press TV, organisé à l’occasion de l’anniversaire du bombardement nucléaire de Nagasaki, j’avais prévu de remettre sur le tapis les mini-bombes comme l’éléphant dans le magasin de porcelaine des menaces terroristes que le monde devait affronter.

C’est également un sujet sur lequel il y a une démission totale des institutions sécuritaires, médiatiques et universitaires pour prévenir le public, car il y a plus que quelques pays qui en disposent et qui les utilisent. Cette démission n’est pas le cas de Veterans Today et cela ne le sera jamais.

Notre sentiment est qu’il est de notre devoir de révéler cette menace jusqu’à ce que le public s’éveille au fait que s’il ne se bouge pas et commence à gueuler, il va assister à davantage de ce genre d’incidents. Nous avions averti que ne rien faire ne ferait qu’encourager ceux qui en sont les auteurs, et nous avions raison.

Donc je dédie cet article aujourd’hui à « l’expert » M. Walsh qui était ému par mon évocation sur la menace des mini-bombes au point d’attaquer mon argument en disant : « j’estime que l’idée qu’on a testé des mini-bombes dans le monde entier relève d’un discours conspirationniste débile. Aucune personne sérieuse ne peut croire cela … il existe un traité d’interdiction des essais nucléaires qui dispose de postes de surveillance dans le monde entier afin de détecter des explosions nucléaires associées à des essais, et ils n’ont jamais rien révélé de tel. Je ne connais aucune personne sérieuse qui croit à cela. »

J’ai affirmé cela dans le contexte, et je suis sûr que Walsh l’a parfaitement compris, non aux essais formels, mais aux tests  « grandeur nature » … vers des personnes et des cibles qui sont utilisées pour envoyer un message à quelqu’un … et oui … pour terroriser les gens. Donc M. Walsh, excusez-moi si je ne vous considère pas, vous et vos amis, comme des « gens sérieux » car sous votre protection nous sommes en piteuse situation. Et puisque nous en parlons, vous et vos semblables devriez vous ressaisir ou dégager, monsieur … Jim W. Dean)

Fat Man - "We've come a long way baby!"




Il y a deux semaines (le 12 août) une explosion dévastatrice s’est produite dans la ville portuaire de Tianjin en Chine. Les rapports officiels prétendent qu’une installation de stockage de produits chimiques a pris feu et a explosé. Des vidéos prises à l’aide de téléphones mobiles par les résidents montrent une énorme explosion et une boule de feu.

En l’espace de plusieurs jours, des photos aériennes ont révélé l’importance stupéfiante des dégâts. Un cratère noir fumant marque le point d’impact de l’explosion, alors que les environs livrent une vue apocalyptique de débris carbonisés et rasés. Des rangées de voitures carbonisées et de conteneurs maritimes tordus s’étendent au loin dans toutes les directions.

          

L’étendue de la déflagration qui a dévastée la zone est telle qu’il a dû s’agir en effet d’une énorme explosion.

La zone incendiée s’étend sur 20 000 mètres carrés et continue à être dangereuse – d’autres explosions ont été révélées par les autorités chinoises le 15 août. Les habitants d’une zone d’un rayon de 5 kilomètres ont été relogés ; on dénombre au moins 85 victimes de l’accident.


Cela nous a immédiatement paru suspect, des explosions aussi énormes doivent être considérées comme suspectes ces temps-ci lorsque les armes nucléaires tactiques peuvent être et sont utilisées à une fréquence alarmante : le 11 septembre, les Tours Khobar, le Tremblement de terre d’Haïti et plus récemment des largages aériens au Yémen.

Une dévastation massive sur une zone importante

Le téléphone mobile comme détecteur de radiations

L’indice révélateur qui a permis d’identifier l’utilisation d’une arme nucléaire au Yémen était la présence de pixels scintillants – des points blancs qui sont apparus puis ont disparu brièvement sur les vidéos de l’explosion prises par des téléphones mobiles.





Le capteur visuel CCD dans la caméra du téléphone est atteint par des radiations qui provoquent une surcharge des pixels qui apparaissent en blanc ; de cette manière un téléphone mobile peut remplir une double fonction de détecteur grossier mais efficace de radiations.

Lorsque l’explosion de Tianjin s’est produite, j’ai immédiatement regardé les vidéos des téléphones mobiles de l’explosion en essayant de découvrir des pixels scintillants ; je n’en ai pas trouvé, mais l’énorme boule de feu blanche et l’importance de l’effet de souffle que révèlent les vidéos (bâtiments effondrés, vitres brisées, etc.) n’évoquent certainement pas une explosion conventionnelle à mes yeux relativement peu exercés.

J’étais en fait contributeur à VT et expert sur tout ce qui est nucléaire, c’est Jeff Smith qui nous a appris le truc des pixels scintillants et l’utilisation de la caméra du téléphone mobile pour détecter les radiations ; c’est pourquoi je l’ai consulté à propos du manque de scintillement sur les vidéos de Tianjin :

Le scintillement est fonction de la distance par rapport à l’explosion. Plus vous êtes éloigné de l’explosion moins vous serez exposé aux neutrons qu’elle dégage. Les caméras CCD détecteront le scintillement mais seulement à de faibles niveaux. Elles ne sont pas sensibles à des modèles de radiations de champs distants. Toutes les caméras CCD étaient trop éloignées pour pouvoir faire apparaître clairement des scintillements.

Par conséquent vous devez regarder le blanc au centre de la photo. C’est là que la clarté est si intense qu’elle surcharge la puce réceptrice CCD en provoquant un effet de surexposition. Le fait que la boule de feu ait été blanchie ou surexposée indique que la température de la couleur était supérieure à 4000 degrés C°. Cette température ne peut être obtenue que lors d’une explosion nucléaire. Le circuit qui gère la caméra définit le niveau d’exposition vidéo comme étant trop brillant si bien que vous obtenez un blanc sur l’écran.

La boule de feu avec un centre blanc chaud

On ne constate pas de scintillement mais un indice évident indique une explosion nucléaire sous la forme d’une énorme boule de feu blanche – une fois encore, les vidéos des téléphones mobiles prouvent leur utilité dans le décryptage de la vérité. (Voir photo au début de l’article).

Des parkings pleins de voitures calcinées.

Lorsque les reportages et les images ont afflué, nous les avons étudiés soigneusement à la recherche de preuves de l’utilisation d’une arme nucléaire et malheureusement, il ne nous a pas fallu longtemps pour les découvrir – le premier indice important provenant des milliers de voitures calcinées qui ressemblaient étrangement à celles vues à NY le 11 septembre.

Des milliers de coccinelles Volkswagen calcinées proches du point d’impact à Tianjin.

Alors qu’un profane comme moi peut reconnaître la ressemblance générale, il faut un expert pour analyser dans leur totalité les preuves contenues dans les photos ; heureusement à VT, nous disposons de ce genre d’experts à commencer par Jeff Smith qui a fourni l’analyse suivante :

Les gens ordinaires ne sont pas formés à rechercher les preuves, donc ils en arrivent à ignorer l’évidence. Cependant, une fois que vous en avez observé suffisamment de ce genre là, vous commencez à repérer les objets sur la photo relativement vite. Malheureusement tous les gens qui connaissent le sujet travaillent en général pour le gouvernement. Tout comme c’était mon cas.

L’indice principal réside dans la cendre produite et les radiateurs qui ont explosé dans les voitures. Ce sont eux qui montrent le mieux les caractéristiques des radiations et du souffle de l’explosion. Du caoutchouc, du verre et de l’aluminium fondus, mais pas d’acier fondu ? Cela vous indique que cela provient des radiations et non de l’incendie par du carburant. Des températures entre 1500 degrés C° pour la fusion de l’aluminium et moins de 3000 degrés C° pour la fusion de l’acier. Tout ce qui est organique devient cendre à moins de 450 degrés C°

Cela indique une boule de feu de plasma supérieure à 4000 degrés C° ! Seule une explosion nucléaire peut provoquer cela. La preuve réside dans la cendre blanche en surface laissée par l’explosion thermique.

La cendre blanche provoquée par l’explosion thermique recouvre tout autour du point d’impact.

  1. Les réservoirs de carburant n’ont pas explosé.

  1. Les pneumatiques en caoutchouc ont été réduits en cendres et non carbonisés, regardez les résidus de poudre blanche autour des voitures.

  1. Les radiateurs sont tous partis ; cela indique des explosions du Fréon ® (Gaz climatisation).

  1. Toutes les vitres ont été réduites en cendre ou ont fondu, le verre a été soufflé vers l’extérieur, non vers l’intérieur.

  1. Toutes les voitures neuves blanches montrent les effets extrêmes de l’échauffement à de très hautes températures. La peinture est très endommagée en raison du taux très élevé d’oxydation.
  1. Les pneumatiques en caoutchouc silicone fondent en cendres à 500 degrés C°. Les cendres de verre à 1500 degrés C°. L’essence à 250 degrés C°. Les pneumatiques ont fondu mais les réservoirs d’essence n’ont pas explosé ; tout comme lors du 11 septembre à New York.

  1. Des coccinelles Volkswagen jaunes sont indemnes de radiations en raison de leur position indiquant qu’elles ont été protégées par un bâtiment proche. Tout comme lors du 11 septembre …

  1. Enfin et c’est le plus important, toutes les cendres de la taille de nanoparticules répandues partout sur le sol. La brume pourpre sur les photos indique des niveaux toxiques de gaz fluoré, de chlore et de sodium.

Conclusion : les dégâts occasionnés sur les voitures ont été provoqués par la radiation des neutrons et non par des explosifs conventionnels ou par une explosion issue d’un mélange carburant-air. La distance du point zéro est trop grande pour qu’une explosion classique fasse fondre le verre et les pneumatiques. Il y a également le fait que les réservoirs de carburant ont été protégés de la chaleur, de la source de l’explosion.

La brume pourpre indique la présence de niveaux toxiques de gaz fluor, chlore et sodium.

Donc la voilà, la preuve « flagrante » d’une explosion nucléaire se trouve dans les débris fumants des voitures calcinées. Cependant, les photos des voitures calcinées contiennent davantage de preuves à analyser avant que nous passions à l’autre preuve.

Les radiateurs fondus et le rôle du Fréon®

Comme vous pouvez le voir clairement sur la photo ci-dessous, le radiateur de ce véhicule a été complètement détruit, réduit en cendres. Seul reste le capot en acier, tout l’aluminium et le cuivre de l’intérieur du radiateur ont été réduits en un tas de cendres. Une fois encore, notre expert interne Jeff Smith a pu nous fournir une analyse approfondie de ce que nous avons sous les yeux :

Restes calcinés d’une voiture proche du point d’impact

Tous les radiateurs ont explosé en raison d’une décomposition du Fréon® en méthane, en fluorure de deutérium et en gaz phosgène ; provoquant ainsi l’incendie des moteurs – remarquez les capots fondus et comment la surpression de l’explosion à l’air a comprimé les capots des voitures.

Le radiateur d’automobile avec un revêtement de cuivre/aluminium est transparent aux radiations nucléaires. Il agit comme un corps noir creux réflecteur de neutrons et fonctionne exactement comme son grand frère la bombe H à deux étages de Teller-Uhlman. Cela signifie que si vous mettez du gaz deutérium ou du Fréon (2HF) dans une chambre à vide telle qu’un radiateur de voiture, vous réduisez sa densité donc cela prend moins d’énergie de soit la fractionner ou de la faire fondre lorsqu’elle est exposée aux neutrons, aux rayons Gamma ou même aux rayons-X issus d’une explosion nucléaire proche – si l’explosion est assez importante ou assez rapprochée.

Cela constitue la base d’une micro-bombe nucléaire, avec des dégagements de températures suffisants pour faire fondre à peu près tout ce qui est à son contact. La clé réside dans la densité inférieure du gaz rendant la compression beaucoup plus aisée. Cela explique tous les radiateurs de climatisation fondus et les successions d’incendies qu’ils provoquent. Et aussi le manque de retombées.

Vous pouvez voir sur la photo que les radiateurs à l’avant des voitures sont en feu alors que l’arrière de la voiture est intact.

Le Cratère au point zéro

Une fois de plus, Jeff Smith a pu nous fournir des analyses détaillées des photos disponibles du cratère de l’explosion au point zéro et des dégâts causés aux environs immédiats. Jeff ainsi que Jim Stone et d’autres ont déclaré :

Il ne s’agissait PAS d’un accident, le schéma des failles entourant le cratère prouve qu’il s’agissait d’une explosion souterraine de faible profondeur. S’il s’agissait d’une explosion souterraine de faible profondeur, alors une petite arme nucléaire est la meilleure explication, parce que, étant donné que l’explosion nucléaire doit repousser la terre, l’éclair aveuglant ne se verra pas. Une légère détonation souterraine expliquerait pourquoi les capteurs des caméras n’ont pas enregistré de faits étranges. Et s’il ne s’agissait pas d’un engin nucléaire, c’était quelque chose d’incroyablement énorme, mais pas une bombe issue d’un mélange carburant-air, parce que ce genre de bombes ne provoque pas de cratères. Elles laissent également un résidu de carbure graisseux partout.

Même mes yeux de profane peuvent immédiatement conclure que l’explosion qui a causé ce niveau de dégâts dévastateurs était bien au-delà d’une explosion de produits chimiques stockés. Il y a également le fait qu’il n’y avait pas de bâtiments de stockage au point d’impact de l’explosion, rien que des rangées de conteneurs maritimes. De plus il est évident à mes yeux qu’il y a eu un immense dégagement de chaleur – il n’y a qu’à regarder les cendres grises-blanches qui recouvrent tout. Jeff a été capable d’expliquer ce que je voyais sur ces images troublantes.

Quelques explications un peu plus détaillées : si l’explosion s’était produite au niveau zéro, presque toute l’énergie se serait dissipée vers le haut et l’explosion n’aurait pas provoqué un grand cratère profond, tout particulièrement un cratère assez grand et assez profond pour contenir ce lac.

The extent of the devastation is such that it must have been a very big bang indeed.


Si vous regardez sur la droite du lac, vous pouvez voir des schémas de failles du terrain, qui ont été provoquées par la compression latérale et non en profondeur de la terre. Cela ne peut résulter que d’une explosion souterraine. Après l’explosion, la terre a été projetée à nouveau vers le centre du lac, ce qui a provoqué les failles.

Observez attentivement le terrain autour du lac. Ceux qui ont prétendu qu’il ne s’agissait pas d’une explosion nucléaire ont mentionné le fait que si c’était le cas, tout ce qui entourait le cratère serait vaporisé et nettoyé. Maintenant que nous disposons des images réelles du cratère provoqué par l’explosion, oui, cela correspond parfaitement. Regardez les conteneurs qui se trouvent dans le coin inférieur gauche de la photo – ils ne comportent pas de peinture ou de couleur, ce qui signifie que leur surface a été carbonisée par une chaleur intense que seule une arme nucléaire ou une super-arme pourrait provoquer. S’il s’agissait d’une explosion de carburants, ils seraient noirs ou ils auraient conservé une partie de leur couleur d’origine, un changement complet de couleur en gris uniforme prouve que cette explosion était d’une CHALEUR EPOUSTOUFLANTE.

Ce type et cette dimension de cratère dû à l’explosif ne se produisent que si une énorme bombe explose à quelques mètres de profondeur, telle qu’une bombe nucléaire tactique placée dans une canalisation d’écoulement qui ne laisse que peu d’alternatives. Aucune explosion chimique n’a pu provoquer cela, POINT FINAL. Le bâtiment qui est toujours debout sur le côté droit du cadre est un exemple typique de ce qui reste après un essai nucléaire, les constructions en béton sont rarement rasées, mais elles sont nettoyées par les explosions nucléaires. Regardez des images des tests nucléaires soviétiques et vous le verrez. Conclusion ? Les vestiges sont complètement cohérents avec une explosion nucléaire.

Même pour un œil non exercé, la vue des vestiges de cette terrible explosion ne peut être qualifiée autrement que d’une vision d’horreur ; si vous avez en plus un témoignage d’expert qui démontre la véritable nature de ce que vous voyez, les images n’en deviennent que plus choquantes et troublantes. Des destructions de cette échelle deviendront courantes si les auteurs peuvent s’en tirer impunément, car cela indiquera à tous ceux qui détiennent des armes nucléaires qu’il est possible de les utiliser sans que les médias le divulguent.

Peut-être est-il encore plus préoccupant que la Chine ait gardé le silence sur le caractère nucléaire de cet énorme crime – ils s’en tiennent à la thèse de l’incendie ayant provoqué l’explosion de produits chimiques stockés à cet endroit. Comme nous l’avons démontré, cette histoire est à peu près aussi crédible que le piratage d’avions de ligne avec des cutters ; étant donné le contrôle exercé par l’état sur les médias en Chine, cela pourrait prendre du temps avant que le peuple n’apprenne la vérité.

Identification du type d’arme et sismologie de l’évènement

Maintenant que nous avons établi qu’une explosion nucléaire s’était produite, examinons de plus près la nature de cette explosion. Une question importante est la méthode d’acheminement – s’agissait-il d’un missile de croisière ou d’une bombe dissimulée dans un conteneur maritime ? Ou y a-t-il une autre réponse à cette question ? Le cratère suggère fortement que l’explosion était souterraine ce qui semble écarter l’hypothèse de la bombe introduite en douce à Tianjin à bord d’un conteneur maritime. Cela n’écarte cependant pas l’hypothèse d’une frappe d’un missile de croisière – le sol dans cette zone est assez meuble, constitué de dépôts d’alluvions de limons et d’argiles issus de la rivière proche. Un missile de croisière heurtant la surface à plus de 800 km/h pénétrerait sûrement à une certaine profondeur ; avec un mécanisme à retardement connecté à la charge nucléaire, cela créerait une explosion souterraine à faible profondeur. Jeff Smith nous fournit l’analyse suivante :

Notez que le cratère mesure environ 120 mètres de large par comparaison avec les conteneurs de taille standard de 12 mètres. Le cratère est un cratère complexe en forme de cœur indiquant une explosion à très basse altitude ou au contact du sol. Les compressions latérales du sol indiquent une certaine pénétration dans le sol. La profondeur de la pénétration dépend de la nature du sol et de la hauteur de l’explosion. La dimension horizontale du cratère est en gros égale à 30 mètres par kilotonne. Cela nous donnerait une puissance explosive en fonction de l’altitude de l’explosion comprise entre 3 et 5 kilotonnes.*

*La puissance d’une explosion nucléaire se mesure en poids équivalent d’explosifs classiques, en l’occurrence le TNT, 5 kilotonnes équivalent donc à 5000 tonnes de TNT. Par comparaison les bombes d’Hiroshima et de Nagasaki ont été estimées à environ 15 kilotonnes. NdT.


S’il s’agissait d’une explosion à faible altitude, l’association avec la sismologie montrerait une réaction moins importante sur l’échelle de Richter que d’habitude. La seule question est celle des retombées radioactives. Y en a-t-il eu et de quel genre ? Etant donné qu’il a plu après l’explosion, la plupart des retombées radioactives se sont produites en mer, ce que prouve l’hécatombe de poissons dans la baie. La zone de sécurité a été établie à 3 kilomètres. C’est la valeur correcte pour des retombées d’une petite arme nucléaire tactique. 1 kilomètre par kilotonne. La seule autre question est de savoir s’il s’agissait d’une bombe à uranium ou à plutonium ou d’un autre type, c.à.d. d’une bombe à fusion ? L’uranium ne peut être très bien retracé mais pour une arme au plutonium on peut remonter au réacteur qui l’a produit et au processus de séparation chimique qui a été utilisé. On a vu des pompiers munis de détecteurs de radiations et de gaz toxiques.

Etant donné la zone d’évacuation de 3 km, nous pouvons partir de l’hypothèse d’une puissance de 3 kilotonnes. Une tête nucléaire de missile de croisière tel que le « Popeye » israélien emporte 6 kilos de plutonium ; en faisant un calcul sommaire de 1 kilotonne par kilo de plutonium, l’importance de l’explosion correspond aux possibilités d’une tête nucléaire classique de missile de croisière.

Jeff a également noté qu’une explosion secondaire avait eu lieu ; c’est un indice supplémentaire de la nature nucléaire de cette explosion, comme l’explique Jeff :

Il semble bien qu’il y ait eu deux explosions majeures et non pas une seule. Il y a deux parties sur la vidéo où l’explosion provoque un blanc sur toute la caméra. Il s’agit de l’explosion initiale à neutrons ; tout le reste est une explosion secondaire ou l’atmosphère qui se réchauffe et brûle.

Remarque : la réaction a provoqué une lueur soutenue dans le ciel qui est un indice bien connu d’une explosion nucléaire. Les armes non-nucléaires ne provoquent pas une illumination soutenue « semblable au soleil » parce qu’elles n’ont pas assez d’énergie pour mettre feu à l’oxygène et l’azote de l’atmosphère.

Un autre aspect qui demande d’être examiné est la lecture des tracés sismologiques de l’explosion. Une fois de plus, Jeff nous fournit quelques idées pénétrantes :

La première explosion a été enregistrée à 2,3 sur l’échelle de Richter et la seconde à 2,9. Des témoins oculaires ont décrit ce qui ressemblait à un tremblement de terre. Le géophysicien du Service géologique américain (USGS) John Bellini affirme que les sismographes détectent tout le temps des explosions d’origine humaine dans les mines à ciel ouvert, mais qu’en général les explosions en surface ne sont pas bien détectées parce que l’essentiel de l’énergie se dissipe dans l’atmosphère. Effectivement, les explosions de Tianjin ont provoqué un évènement sismographique qui avait autant d’énergie qu’un petit tremblement de terre. On peut en déduire à raison, qu’à la différence d’une explosion de produits chimiques en surface, l’énergie cinétique libérée sous terre a été provoquée par une puissante pénétration de la surface.

Dans cet article, nous avons essayé de fournir une analyse soigneuse mais claire et concise des preuves disponibles et pour démontrer qu’à l’évidence il ne s’agissait pas d’un simple incendie dans un dépôt de produits chimiques qui a provoqué une explosion, mais plutôt de la détonation d’une arme nucléaire d’un type inconnu par des auteurs inconnus. Nous étudierons qui et pourquoi dans un article ultérieur.

Il s’agit d’un évènement très significatif qui va indiscutablement s’avérer d’une grande importance dans les évènements mondiaux qui vont suivre. A plusieurs égards, c’est le 11 septembre de la Chine.

Espérons tous qu’à la différence du 11 septembre, l’attaque nucléaire de Tianjin ne deviendra pas un casus belli pour une série de conflits injustifiés, brutaux et sanglants.

(Voir les annexes A, B et C sur VT pour les graphiques et données scientifiques)


Une chose est déjà très clairement illustrée par cet évènement tragique – on a définitivement ôté les gants quant à l’utilisation d’armes nucléaires tactiques ; nous vivons dans un nouvel âge nucléaire où un grand nombre de pays possèdent les moyens de créer et de déployer des armes nucléaires tactiques et le plus préoccupant de tout, c’est que ces armes de faible puissance peuvent être utilisées et l’ont déjà été sans courir le risque d’une destruction mutuelle ; référence à la doctrine qui a empêché la Guerre Froide de dégénérer en guerre nucléaire. Cela fait de notre monde un lieu beaucoup plus dangereux et cela signifie indubitablement que nous allons assister à d’autres explosions nucléaires à l’avenir.

Il y a une vieille expression chinoise qui dit : « puissiez-vous vivre à une époque intéressante » ; c’est certainement une époque « intéressante » pour quiconque s’intéresse aux évènements qui se produisent en Chine.



© Veteran Today. Traduction Française Patrick T rev Isabelle

Dernière minute :

Quatrième Explosion hier dans la province de Shandong :




Post a Comment

assange



At midday on Friday 5 February, 2016 Julian Assange, John Jones QC, Melinda Taylor, Jennifer Robinson and Baltasar Garzon will be speaking at a press conference at the Frontline Club on the decision made by the UN Working Group on Arbitrary Detention on the Assange case.

xmas





the way we live

MAN


THE ENTIRE 14:02' INTERVIEW IS AVAILABLE AT

RC



info@exopoliticsportugal.com

BJ 2 FEV


http://benjaminfulfordtranslations.blogspot.pt/


UPDATES ON THURSDAY MORNINGS

AT 08:00h UTC


By choosing to educate ourselves and to spread the word, we can and will build a brighter future.

bj


Report 26:01:2015

BRAZILIAN

CHINESE

CROATIAN

CZECK

ENGLISH

FRENCH

GREEK

GERMAN

ITALIAN

JAPANESE

PORTUGUESE

SPANISH

UPDATES ON THURSDAY MORNINGS

AT 08:00 H GMT


BENJAMIN FULFORD -- jan 19





UPDATES ON THURSDAY MORNINGS

AT 08:00 H GMT

PressTV News Videos